Formule 1

‘Nos ingénieurs de Honda n’iront peut-être pas en Australie’ : le coronavirus va-t-il mettre la F1 KO ?

Le défi logistique, le principal problème des équipes

Recherche

Par A. Combralier

26 février 2020 - 21:37
‘Nos ingénieurs de Honda n’iront (...)

Le coronavirus continue de s’étendre de par le monde, au point de menacer, par ricochet, la tenue de nombreux événements sportifs. Si le Grand Prix de Chine a déjà été reporté, les interrogations se portent désormais sur l’ensemble du calendrier F1, puisque des cas ont déjà été signalés en Australie, à Bahreïn, au Vietnam, en Espagne, en Autriche ou bien en France, des circuits de la première moitié de saison.

Tout semble possible à l’heure actuelle, et Chase Carey doit avoir bien des inquiétudes à gérer : car une annulation en cascade des Grands Prix serait une nouvelle terrible, financièrement, pour la F1… Mais la santé ne passe t-elle pas avant tout ?

« Il est évident qu’un pays comme l’Italie n’était pas vraiment sur le radar il y a quelques jours, et maintenant il l’est » a constaté le PDG de la F1.

« Dans l’ensemble, c’est un processus. Ce que nous faisons, c’est que nous sommes activement engagés dans tous les événements à venir, je suppose en particulier ceux qui arrivent en premier, afin d’obtenir des perspectives. Il s’agit en partie de logistique. Bahreïn vient d’ajouter [des restrictions] pour les personnes venant d’un certain nombre de villes. Une partie de ce que nous pouvons planifier est de nous assurer d’avoir la flexibilité et les options nécessaires pour examiner les questions logistiques - pour se rendre aux courses et en revenir. »

« En dehors de la Chine, je pense qu’il y a une attention particulière pour les courses en début d’année. Nous nous dirigeons vers Melbourne, vers Bahreïn, vers Hanoï, bien que pour dire l’évidence, nous devons voir ce qui va se passer dans les prochains jours. »

Du côté des directeurs d’écurie, souhaite-on prendre toutes les précautions nécessaires pour préserver la santé des mécaniciens ?

« Le coronavirus continue de poser problème » a grincé Christian Horner, dans le paddock de Barcelone.

Comme il le révèle, le casse-tête est bien plus complexe qu’il n’y paraît…

« Il y a une semaine, vous diriez que la situation était meilleure à Milan. Mais c’est complètement différent maintenant. Il va y avoir des problèmes en ce qui concerne les voyages. Tout ce que nous pouvons faire, c’est suivre les conseils de toutes les organisations mondiales de la santé. Vous ne savez pas si vous pouvez vous rendre à Bahreïn en passant par Dubaï. Nous avons des ingénieurs japonais [de Honda] dont nous ne sommes même pas sûrs qu’ils puissent se rendre en Australie. »

Des cas ont commencé à se déclarer en Catalogne, là même où ont lieu les essais hivernaux…

« Les gens voyagent beaucoup en Europe, c’est le monde dans lequel nous vivons de nos jours. La seule chose que nous puissions faire, c’est de suivre le virus de près. Je pense que Liberty Media et la FIA font cela et parlent aux autorités nationales. »

Le défi logistique est également au centre des préoccupations de Claire Williams…

« Je pense que c’est évidemment un problème sérieux auquel toutes les entreprises sont probablement confrontées en ce moment. Et évidemment, en tant que sport mondial qui voyage très très loin, c’est quelque chose que nous surveillons au jour le jour maintenant. »

« Je pense que nous en sommes arrivés à un point où nous examinons absolument tous les conseils qui émanent des autorités compétentes, et ces conseils changent de jour en jour. »

« C’est donc un travail en cours en ce moment. Mais il y a certainement des problèmes auxquels nous sommes confrontés pour ce qui concerne les voyages à Melbourne, ce qui se passe avec le Vietnam, les voyages à Bahreïn, etc. Je pense que c’est un défi pour tout le monde. »

Enfin, du côté de Haas, Günther Steiner avoue une certaine impuissance à s’adapter à la situation…

« Je n’en ai aucune idée. Je vis ce que vous vivez, la situation change toutes les heures ici. C’est un travail à plein temps pour suivre le rythme. Je pense que la F1 surveille ce qui se passe et ils nous diront quand ils prendront des solutions appropriés. L’évolution de la situation… les choses peuvent changer toutes les heures. Je ne suis pas un expert en la matière. Nous nous contentons de suivre les conseils de la F1 et espérons que le monde pourra contrôler le virus »

FOM (Liberty Media)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less