Formule 1

Norris est un ‘peu sous le choc’ de voir McLaren F1 autant souffrir en Hongrie

Sainz n’est pas beaucoup plus optimiste

Recherche

Par A. Combralier

17 juillet 2020 - 18:44
Norris est un ‘peu sous le choc’ de (...)

L’état de grâce est-il déjà fini pour McLaren F1 ? En Hongrie, lors des essais libres aujourd’hui, Lando Norris et Carlos Sainz ont paru reculer un petit peu dans la hiérarchie.

Selon Lando Norris, McLaren serait même la 6e équipe la plus rapide seulement, derrière Ferrari, Racing Point ou Renault.

« C’était assez délicat, je pense que nous sommes dans une situation très différente de celle de l’Autriche en termes d’équilibre de la voiture, des domaines où nous sommes en souffrance. »

« C’était un peu un choc, je dirais. L’année dernière, c’était un bon circuit pour nous. Mais d’après le ressenti de ce matin, la situation n’était pas aussi bonne. »

« Nous avons donc du travail à faire si la piste est sèche. Sur le mouillé, c’est difficile à dire, personne n’a vraiment bien roulé. C’est juste que ça craint un peu. C’est bien d’être de retour dans la voiture mais nous avons un peu de travail à faire. »

« Ce n’est pas terrible, mais je pense qu’en regardant les temps, tout le monde est un peu plus à la place que nous attendions, avec la Renault qui est extrêmement rapide, un peu plus rapide que nous, Racing Point qui est là où ils devraient être, Ferrari qui est de retour là où ils devraient être. Et Red Bull n’a peut-être pas l’air aussi bien que ce que nous pensions, mais elle est quand même très rapide. »

« Je pense que nous sommes encore un peu dans l’inconnu avec ce qui va se passer demain en ce qui concerne la météo, les conditions et tout le reste. Il faut donc jouer le jeu, cela ne veut pas dire que nous n’avons pas l’air bien ou quoi que ce soit. Je pense que nous pouvons faire des progrès. »

Les virages lents conviendraient-ils bien moins à la McLaren selon Lando Norris ?

« Il y a tellement de choses en Formule 1 qui peuvent affecter le chrono. Les types de virages que nous avons ici sont très différents, beaucoup plus lents, moyens mais aussi beaucoup plus serrés que ce que nous avions en Autriche. »

« La différence sur le tarmac, il y a tellement de variables. Les réglages sont évidemment très différents – et même des réglages un peu différents, cela joue. Je pense que nous avons juste mis en évidence quelques autres de nos faiblesses que nous attendions, mais peut-être pas en nous attendant à ce qu’elles soient aussi visibles que celles de ce matin. »

Dans l’autre McLaren, Carlos Sainz n’est pas non plus satisfait : les ingénieurs vont avoir du boulot ce soir ! Sauf peut-être sur le mouillé, où la McLaren semble un peu moins en difficulté.

« Nous n’allons pas le cacher, la voiture n’était pas bien, le peu de temps que nous l’avons conduite, nous manquions de rythme, nous étions inquiets des deux côtés du garage, nous avons souffert avec l’équilibre de la McLaren, donc nous avons beaucoup de travail à faire parce que nous ne savons pas exactement où nous sommes. »

« Des températures plus froides, un circuit différent pourraient exposer un peu plus nos faiblesses, et nous n’avons pas pu tester quelques changements que nous avions préparés pour la deuxième séance d’essais libres à cause de la météo, donc nous étions un peu inquiets parce que le fait d’être à une seconde de Racing Point, ou une demi-seconde, et signer le même temps que Renault en médiums et non en tendres, nous a un peu surpris, parce qu’ils étaient forts. »

« L’après-midi, c’était très humide comme nous l’avons vu et nous avons pu tester les deux composés, j’aime ça, mais le froid les met dans une fenêtre de fonctionnement qui vous fait souffrir pour les mettre en températures, d’où la disparité des chronos. De plus, nous ne pouvons pas rouler autant que nous le voulons parce que vous gardez les pneus pluie pour les qualifications et car la FIA ne vous en donne pas plus, donc nous n’avons pu faire qu’un seul tour qui n’était pas mauvais. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less