Formule 1

Il y a 16 ans, Red Bull découvrait la F1 en tant qu’équipe

Après un sauvetage in extremis de Jaguar Racing

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 février 2021 - 18:04
Il y a 16 ans, Red Bull découvrait (...)

Red Bull est aujourd’hui devenue une des forces majeures de la Formule 1, avec deux équipes et, dès l’an prochain, l’exploitation d’un moteur sous son propre nom. Et elle fait partie des top teams depuis maintenant plus de dix ans, avec une présence continue dans le top 3 depuis 2009, à l’exception de 2015.

Et avec quatre titres pilotes remportés par Sebastian Vettel et autant de couronnes chez les constructeurs, de 2010 à 2013, elle affiche un des plus gros palmarès de la F1 moderne. Pourtant, l’équipe est seulement la deuxième structure la plus ancienne du championnat.

Outre Haas F1, créée en 2016, la structure la moins ancienne engagée en Formule 1 est Red Bull, qui est née sous les couleurs de Stewart Grand Prix en 1997 (photo ci-dessous avec Jan Magnussen).

Les trois années sous les couleurs de Stewart Grand Prix ont été plutôt réussies, avec un podium dès la première saison. C’était l’œuvre de Rubens Barrichello, transfuge de Jordan, sous le déluge monégasque.

Après un exercice 1998 compliqué, la saison 1999 fut exceptionnelle pour Stewart, avec quatre podiums dont une victoire lors du mémorable Grand Prix d’Europe 1999. Cette année-là, Stewart GP signa son unique pole position à Magny-Cours.

Ford décida de faire une arrivée fracassante en F1

Quatrième du championnat constructeurs devant Williams et Benetton, l’équipe fondée par Paul et Jackie Stewart attira l’œil de son motoriste, Ford, qui décida de s’engager en F1 sous les couleurs Jaguar.

Malheureusement, ce fut davantage une opération marketing pour le groupe qu’une véritable aventure sportive, et les résultats n’attinrent jamais ceux signés par la modeste équipe Stewart GP, malgré une débauche de moyens.

Avec seulement deux podiums pour Eddie Irvine en cinq années d’existence, Jaguar ne fit jamais mieux que septième au championnat des constructeurs, et enregistra un départ en première ligne avec Mark Webber, lors du GP de Malaisie 2004.

Un puits sans fond qui déplaisait aux investisseurs

Fin 2004, face à des actionnaires réfractaires à la F1 et avec des résultats bien en-deçà des moyens colossaux injectés dans l’équipe, Ford mis en vente Jaguar Racing ainsi que Cosworth, le département moteur de son équipe, qui équipait aussi Jordan et Minardi.

Un tel désengagement en septembre, un peu plus d’un mois avant la fin de saison, sema la panique dans le paddock. Pour la traditionnelle photo de fin de saison, l’équipe Jaguar posa au grand complet autour de ses monoplaces avec un panneau "à vendre" (photo ci-dessous).

Cosworth fut racheté par les propriétaires du championnat Champcar, ancêtre de l’IndyCar, Gerald Forsythe et Kevin Kalkhoven et continua de fournir des V8 à Minardi, ainsi qu’à la structure ayant appartenu à Jaguar.

C’est finalement Red Bull qui, mi-novembre 2004, s’empara de cette équipe pour faire son entrée officielle en Formule 1. Sponsor de longue date de Sauber, la boisson énergétique arrêta son partenariat et s’engagea sous ses propres couleurs.

La création d’une identité en Formule 1

Après une présentation début février et un shakedown dans la foulée, c’est lors d’essais hivernaux disputés du 15 au 18 février 2001 à Barcelone (photo en haut de l’article) que Red Bull fit ses grands débuts au sein du peloton avec une monoplace de sa propre conception.

Une Jaguar R5 aux couleurs d’une canette Red Bull avait en effet déjà roulé fin 2004 (photo ci-dessous), pour que l’équipe puisse prendre ses marques en tant que team à part entière en Formule 1.

Début 2005, les voitures avaient cette fois leurs couleurs définitives, avec une charte graphique un peu plus recherchée que la simple copie du design des canettes métalliques contenant la boisson.

Elles furent confiées à David Coulthard, Christian Klien et Vitantonio Liuzzi. En effet, Red Bull arrivait en F1 et avait décidé de casser les codes en assignant deux pilotes à sa seconde monoplace.

Klien disputa finalement une grande partie de la saison, Liuzzi n’ayant que quatre tentatives, avant d’être transféré chez Toro Rosso l’année suivante, lorsque Red Bull racheta Minardi et en fit sa seconde équipe.

Des débuts poussifs avant de dominer la F1

Les quatre premières saisons de l’équipe furent difficiles, avec une reconstruction sur les cendres de Jaguar. En 2007, Adrian Newey fut recruté pour se pencher sur le projet du nouveau règlement 2009.

Les saisons 2007 et 2008 furent sacrifiées au profit de 2009, au point que Red Bull termina derrière Toro Rosso au classement en 2008. La petite Scuderia remporta cette année-là son premier succès, avant celui de Red Bull.

Mais le pari avait été le bon et dès 2009, Vettel et Red Bull triomphèrent et se battirent pour les titres mondiaux, finalement perdus au profit de Jenson Button et Brawn GP.

Red Bull entama ensuite un cycle de domination de quatre années jusqu’à l’arrivée des V6 hybrides. Depuis, l’équipe a remporté au moins deux courses par saison, hormis en 2015, et s’est imposée comme un des piliers de la Formule 1 en engageant quatre des 20 monoplaces présentes sur la grille.

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less