Alpine F1 : Pat Fry fait le point sur la situation avant Djeddah

Pas d’évolutions notoires pour l’A522 mais un nouvel aileron arrière

Recherche

Par Olivier Ferret

23 mars 2022 - 18:25
Alpine F1 : Pat Fry fait le point (...)

Après avoir placé ses deux voitures dans les points lors du Grand Prix d’ouverture de la saison, à Bahreïn, l’équipe Alpine F1 a parcouru 1200 km à l’ouest en direction de Djeddah, en Arabie saoudite, théâtre de la deuxième manche.

Le directeur technique en chef, Pat Fry, revient sur cette première course et nous fait part de son avis sur le rapide et gracieux circuit de la corniche de Djeddah.

Quels sont les principaux enseignements à tirer de ce premier Grand Prix, qui a vu Esteban et Fernando tous deux marquer des points ?

« C’est toujours une bonne chose de terminer la première course avec les deux voitures dans les points, et tout autant de comprendre davantage comment la voiture fonctionne en conditions de course. Nous avons prouvé qu’elle était fiable, tant côté châssis que moteur, malgré quelques petits couacs ici et là, inhérents à toute première course. Nous avons une base solide sur laquelle travailler et allons poursuivre notre apprentissage ce week-end. »

De par le règlement, les voitures sont censées se suivre plus facilement que par le passé. Quelles sont vos premières conclusions ?

« Suite à l’entrée en vigueur du nouveau règlement, l’un des principaux sujets de discussion avant cette épreuve concernait les dépassements et la course de manière globale. Je pense qu’il est encore trop tôt pour juger à quel point les dépassements sont facilités, mais les voitures semblent pouvoir se suivre de plus près sans dégrader les pneumatiques, surtout en virages, ce qui prouve qu’un pas a été fait dans la bonne direction. Mais certaines des actions que nous avons vues, comme les dépassements aux virages 1 et 4, sont simplement dues aux caractéristiques du circuit de Bahreïn. Nous devons donc voir ce qu’il en sera en Arabie saoudite et par la suite avant de tirer des conclusions. »

Pourquoi avons-nous vu autant d’arrêts au stand et pensez-vous que cette tendance va se confirmer ?

« En premier lieu, je souhaiterais féliciter l’équipe chargée des arrêts au stand pour ses six interventions sans la moindre erreur dimanche. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas assisté à autant d’arrêts et cela offre un élément supplémentaire aux stratèges au moment d’élaborer le meilleur plan de marche possible. La dégradation des pneus a été importante pour toutes les équipes et nous avons abordé la course en sachant que ça se jouerait à pas grande chose entre deux et trois arrêts. À Djeddah, nous évaluerons le niveau de dégradation des pneus pendant les essais libres. L’année dernière, il était possible d’effectuer un seul arrêt sans trop de risque avant les drapeaux rouge. Mais au vu de la nature de la piste, nous nous attendons à une course bien plus conventionnelle et cela fera partie notre processus d’apprentissage du vendredi. »

A quel point le circuit urbain de Djeddah est-il compliqué et allons-nous voir des évolutions sur l’A522 ?

« Il s’agit d’un tracé très différent de celui de Bahreïn. Il nécessite moins d’appui, et les vitesses moyennes sont bien plus élevées en dépit de la menace que représentent les murs. Les pilotes l’apprécient car il est rapide et procure des sensations. Nous n’aurons pas d’évolutions notoires, mais nous allons mener à bien des tests intéressants lors des essais libres, ce qui nous donnera des idées pour les concepts à venir. Comme il s’agit d’un circuit à faible appui, l’aileron arrière sera différent. Esteban bénéficiera lui de la dernière version de nos pontons, dont il a été privé le week-end passé en raison du souci que nous avons rencontré. Nous avons mis en place un plan de développement et travaillons aussi dur que possible pour la course de Melbourne et les suivantes. »

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos