Formule 1

Pour la 1ère fois, la Formule 1 enchaine avec un 3e Grand Prix de suite

Peur pour la logistique à Silverstone

Recherche

Par A. Combralier

2 juillet 2018 - 08:54
Pour la 1ère fois, la Formule 1 (...)

La F1 vit une période inédite dans son histoire : pour la première fois, trois GP vont s’enchaîner, sans coupure d’une semaine entre eux.

« C’est un vrai gros défi » témoigne Franz Tost, le directeur d’une écurie relativement moins dotée, Toro Rosso. « Parce qu’aller du sud de la France en Autriche, et ensuite à Silverstone, est un gros défi, particulièrement sur le plan logistique, puisque c’est aussi une période de vacances scolaires. Cela signifie qu’il y a beaucoup d’embouteillages, et beaucoup de problèmes aux frontières en raison des contrôles. J’espère qu’on ne perdra pas trop de temps, avec les camions ici et là… et je suis inquiet car je ne sais pas si l’on pourra arriver à l’heure en Angleterre. »

« Je n’étais pas inquiet pour la France et l’Autriche parce que nous avons là-bas tout sous contrôle. Mais passer de la Belgique à l’Angleterre est un petit peu difficile. Si par exemple il y a une grève des routiers ou autre… C’est la limite absolue. Et j’espère que ça n’arrivera pas davantage dans le futur parce que les gens travaillent vraiment nuit et jour durant ces trois semaines. »

Christian Horner n’est pas, chez Red Bull, dans une situation aussi problématique que chez Toro Rosso. Mais il reconnaît tout de même que ce calendrier infernal coûte « certainement cher » pour les écuries, puisqu’il faut « transporter les voitures, les pièces, les gens dans un laps de temps très réduit. »

« Vous pouvez voir que nous avons des hospitalités différentes au Red Bull Ring. Avoir notre Energy Station habituelle n’aurait juste pas été possible pour enchaîner les trois courses, donc bien sûr, cela coûte de l’argent. Cela ponctionne des ressources parce qu’il y a beaucoup de composants qui font des allers-retours jusqu’au Royaume-Uni. Nous sommes chanceux que la troisième course ait lieu à Silverstone, là où nous sommes basés. Bien sûr, c’est plus difficile pour les équipes qui sont basées hors d’Angleterre, c’est certainement rude. »

« Sur un plan positif, il s’agit de trois courses à domicile pour nous. C’était au Paul Ricard la course à domicile de notre fournisseur moteur, c’était bien sûr la course à domicile pour nous ce week-end au Red Bull Ring, et la semaine prochaine, nous courrons près de nos locaux à Silverstone. Donc oui, c’est assez incroyable de voir à quel point le calendrier est chargé. »

Ecurie aux capitaux allemands, Mercedes est cependant basée en Angleterre, ce qui facilite aussi la vie de Toto Wolff.

« Il faut comprendre Liberty Media. Nous avons la Coupe du Monde en ce moment, et quand vous progressez dans la compétition, c’est bien sûr de plus en plus difficile [au niveau des audiences]. Donc cette année doit être un peu compressée. Ce n’est pas quelque chose que j’apprécie particulièrement de faire, cela met notre organisation sous pression. Beaucoup d’entre-nous ne vont pas voir leurs familles beaucoup durant ces trois semaines. Ce n’est pas parfait, mais c’est ainsi. »

Toyoharu Tanabe, responsable de l’engagement de Honda en F1, apporte enfin un dernier point de vue, celui du motoriste.

« Nous avons beaucoup de choses à faire entre les courses. Il faut maintenir prête l’unité de puissance. Donc nous enlevons l’unité de puissance du châssis et nous y conservons certaines pièces, pour ensuite être prêts pour la prochaine course. Donc la charge de travail et les délais logistiques sont serrés. Il y a quelque difficulté à avoir trois courses d’affilée. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less