Formule 1

Des menaces de boycott de la part de Sauber, Lotus et Force India ?

Des rumeurs en tout cas

Recherche

Par Olivier Ferret

1er novembre 2014 - 09:07
Des menaces de boycott de la part (...)

Après les premiers essais libres d’hier à Austin, les patrons d’équipe ont enfin eu l’occasion de débattre lors de la conférence de presse de la FIA et après de l’état de la Formule 1, plongée dans une nouvelle crise après la disparition de Caterham et Marussia du paddock ce week-end.

Les patrons de Sauber, Force India et Lotus sont tellement en colère que rien n’a été fait pour réduire les coûts ces derniers mois et même ces dernières années, que l’on a entendu des rumeurs de menaces de boycott de leur part. Comme à Indy en 2005, leurs voitures rentreraient aux stands avant le départ !

Des rumeurs vite étouffées même si Bob Fernley, le directeur adjoint de Force India, a été très virulent.

"Deux équipes ont maintenant disparues et Bernie Ecclestone vient de déclarer que deux autres sont menacées. On ne pourrait donc avoir que 14 voitures l’an prochain. Et les grosses équipes laissent faire ? Ont-elles un plan ? A quoi joue-t-on ? Nous allons devoir prendre nos responsabilités lors des prochaines courses," lance Fernley.

Fernley suggère que le boycott de deux équipes (Sauber et la sienne) suffiraient à mettre Ecclestone et toute la F1 dans une situation intenable : tous les contrats avec les promoteurs seraient rompus ainsi que le contrat qui lie la FOM et la FIA pour 100 ans.

La question qui reste posée c’est de savoir si les grosses équipes laissent effectivement faire afin d’aligner une 3ème voiture en 2015.

Red Bull et Mercedes ont réagi avec arrogance aux menaces des petites équipes. Helmut Marko a confirmé que Red Bull était prête à aligner 3 voitures. Quant à Toto Wolff, il a déclaré avoir "le plus grand respect pour ce qu’ont fait Tony Fernandes (Caterham) et Andrey Cheglakov (Marussia) dans leurs business mais la Formule 1 c’est un monde différent."

Deux camps se sont formés. Le boycott est-il une menace réelle ? Gérard Lopez chez Lotus ne le croit pas mais un patron concerné, qui a souhaité rester anonyme, a déclaré au Times qu’il y avait "50% de chances que cela se produise."

"Qu’avons nous à perdre ? Personne ne nous écoute. Faire cette action permettra de nous faire entendre. Cela fera mal mais au moins nous appuierons là où cela fait mal."

Vijay Mallya, de son côté, a également critiqué l’arrogance des grandes équipes.

"Il y a beaucoup de fans qui ne soutiennent pas les grosses équipes. Il faut les respecter. Les petites équipes ne doivent pas être considérées comme elles le sont actuellement."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less