Formule 1

Vettel soutient l’action d’Extinction Rebellion contre le GP des Pays-Bas

Et appelle la F1 à prendre des mesures plus fortes

Recherche

Par Alexandre C.

2 septembre 2021 - 15:47
Vettel soutient l’action d’Extinction (...)

La tenue du Grand Prix aux Pays-Bas, ce week-end, a été incertaine jusqu’au dernier moment en raison d’une action en justice lancée par un groupe de défense environnemental. Si la requête a été finalement déboutée, une autre association écologique aussi connue en France, Extinction Rebellion, prévoit une action durant le Grand Prix, afin de protester contre son impact environnemental.

Selon le groupe le Grand Prix est « la définition d’émissions CO2 inutiles, de la perturbation de la nature et du favoritisme qui menacent notre avenir. » L’atteinte aux habitats naturels des animaux est aussi critiquée.

Et Extinction Rebellion a trouvé un soutien de poids dans le paddock : Sebastian Vettel lui-même. Le pilote Aston Martin F1, très engagé dans l’écologie, encourage dans le même temps la F1 à aller plus loin sur ces sujets.

« Nous vivons à une époque où il est important d’attirer l’attention et c’est ce qu’ils font, donc je pense que c’est bien. »

« Si vous me demandez comment je réagirais, je vous dirai que la Formule 1 prévoit de faire beaucoup de choses, qu’elle prend de petites mesures, ce qui est bien. Mais est-ce suffisant ? Non, ce n’est pas suffisant. »

« Évidemment, c’est très différent dans chaque pays et certains pays sont plus avancés que d’autres, certaines personnes sont plus avancées dans leur tête pour aborder ce sujet que d’autres. Mais en tant qu’humanité, en faisons-nous assez ? Probablement pas. »

« Il faut comprendre ce qui est en jeu. Et si nous ne le comprenons pas, alors je pense qu’il n’y a pas d’avenir. »

« Cela semble très sombre, mais du côté positif, il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire et je crois qu’il y a une place pour la Formule 1, à condition que la Formule 1 aborde les bonnes choses et fasse les bons choix. »

« Les petites choses sur lesquelles on agit sont bonnes, c’est le premier pas, mais pas plus que le premier pas pour le moment. »

Les efforts de la F1 pour se verdir (utilisation de biocarburants à 100 % avec la prochaine unité de puissance, neutralité carbone à la fin de la décennie, bannissement du plastique à usage unique...) ne suffiront donc pas ?

Lewis Hamilton, lui aussi engagé pour l’écologie, s’est exprimé sur le sujet et il semble presque plus conciliant que Sebastian Vettel sur les efforts de la F1.

« En fin de compte, il ne m’appartient pas d’aller leur faire une présentation et de leur expliquer ce que fait la F1, mais la F1 a déjà exprimé les mesures qu’elle veut prendre d’ici 2030. »

« Naturellement, les choses ne changent pas du jour au lendemain. Et je pense que c’est une bonne chose que la F1 se tienne responsable, et qu’elle réalise qu’elle doit faire des changements pour aller de l’avant. »

« En tant que pilotes, nous comptons sur la F1 et les organisateurs pour nous assurer d’avoir un impact positif dans les pays où nous allons. »

Déchets, calendrier : Vettel appelle à aller bien plus loin

Et du côté de Sebastian Vettel, qu’en pense-t-il ? Quelles autres initiatives écologiques devrait prendre la F1 pour le futur ?

« Si vous regardez les voitures, il y a évidemment un certain potentiel pour devenir plus pertinent. Pour l’instant, nous avons une technologie fascinante dans les voitures, mais elle est très complexe et probablement non pertinente pour la route, ce qui n’est évidemment pas correct. »

« Donc, quelle que soit la prochaine formule de l’unité de puissance, elle devrait être plus adaptée à la route et aider chacun dans le monde entier à changer quand nous parlons de mobilité. »

« La F1 doit continuer sur les traces de son passé, pour être un leader dans la technologie qui est pertinente pour l’avenir. »

Sebastian Vettel, qui avait lui-même participé au ramassage des déchets après Silverstone, en appelle aussi à la responsabilité des spectateurs sur les circuits.

« Les Grands Prix sont des événements énormes, il y a beaucoup de gens qui viennent et c’est une grande opportunité d’éduquer les gens, de leur faire prendre conscience de certaines choses. Beaucoup de gens autour du circuit consomment beaucoup de produits, de boissons, de nourriture, etc. Il y a beaucoup de choses à faire dans ce domaine. »

« J’ai évidemment été témoin de la quantité de déchets abandonnés à Silverstone, mais le premier objectif ici ne doit pas être de s’assurer que les déchets trouvent leur chemin vers la poubelle, mais plutôt de s’assurer qu’ils ne soient pas produits en premier lieu.

« Il y a maintenant beaucoup de grandes idées, d’inventions, de concepts qui peuvent être appliqués à nos Grands Prix, à des concerts, à des événements qui attirent beaucoup de monde. »

Autre piste avancée par Sebastian Vettel et qui ne risque pas de plaire à Liberty Media, à l’heure où des Grands Prix au Qatar voire en Indonésie sont évoqués : ne plus voyager sans cesse d’un bout à l’autre du monde (rappelons que c’est la logistique qui pollue le plus en F1, bien plus que le simple roulage des voitures).

« Notre calendrier pourrait être structuré de manière à ce que nous ne fassions pas l’aller-retour pour rien lorsque nous avons des courses dans une région similaire. »

« Cela peut ne pas convenir à certains promoteurs d’organiser une course à une période de l’année où ils ne sont pas les plus heureux, mais cela peut évidemment contribuer à une grande partie des émissions que nous produisons. »

« Il s’agit donc de beaucoup de choses et c’est pourquoi il est bon de faire un pas en avant. Évidemment, il y a beaucoup d’étapes à suivre et il y a beaucoup d’autres exemples. »

Aston Martin F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less