Formule 1

Les directeurs d’équipes décrivent leur style de management

Un véritable travail de chef d’orchestre

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 avril 2019 - 17:13
Les directeurs d'équipes décrivent (...)

Les équipes sont gérées de différentes manières selon les objectifs, les époques, ou encore les personnes à leur tête. Chaque directeur y voit ses propres objectifs, mais aussi sa manière de diriger ces entreprises énormes.

Günther Steiner, directeur de Haas, gère la plus petite et la plus récente des équipes de F1, mais ça ne l’empêche pas de chercher à parler à ses hommes de la manière la plus directe face aux objectifs et à leur réalisation.

"Je dirais plutôt direct" admet celui dont la gestion d’équipe était visible dans le documentaire produit par Netflix. "J’essaie de motiver les gens de la meilleure façon possible, d’être direct et de leur dire ce que je pense, puis nous discutons. C’est plutôt simple."

Zak Brown, quant à lui, essaie d’optimiser les ressources humaines et financières pour McLaren : "C’est probablement mieux que vous demandiez à l’équipe de course, mais à mon avis, il faut que vous apportiez les meilleurs talents possibles, que vous leur donniez les moyens, que vous leur donniez les ressources dont ils ont besoin."

"Au final, toutes ces équipes de Formule 1 sont de grandes entités, donc vous avez besoin d’un excellent travail en équipe, alors je tends à laisser chacun faire de son mieux, ce qui est généralement fait. Ils sont plus talentueux que moi dans bien des domaines."

Fred Vasseur est réputé pour être un très bon meneur d’hommes et avoue que s’il n’est pas le plus à même de se décrire, il essaie de motiver ses troupes chez Alfa Romeo (Sauber), même dans les moments difficiles.

"C’est toujours difficile de se décrire soi-même, et ce sera probablement beaucoup plus utile de demander à mes gars."

"Je viens de la compétition et j’essaie de motiver tout le monde dans le même esprit, que nous sommes une petite équipe sur la grille et que nous devons donner le meilleur de chacun si nous voulons être compétitifs. Nous devons garder l’approche d’une bonne équipe de course et je pense que nous sommes sur la bonne voie."

De son côté, Franz Tost refuse d’être un dictateur chez Toro Rosso.

"Je dirais que jai un mode de gestion démocratique. Toutes les personnes qui font partie du management de l’équipe et du Conseil d’administration sont impliquées dans les décisions importantes."

"Nous nous réunissons presque tous les deux jours pour discuter des sujets importants, puis nous prenons ensemble les décisions, que ce soit pour motiver les gens ou pour trouver l’argent nécessaire pour diriger l’équipe. Ce sont les tâches à accomplir."

expand_less