L’effet des budgets plafonds sur les top-teams n’est pas encore massif

Vasseur rappelle qu’elles profitent encore d’investissement passés

Recherche

Par Alexandre C.

4 novembre 2022 - 18:31
L'effet des budgets plafonds (...)

Le règlement 2022 devait, avec les budgets plafonnés, réduire les écarts entre les équipes ; et avec les nouvelles restrictions aérodynamiques, permettre aux F1 de se suivre de plus près et de batailler en piste.

Ces objectifs ont-ils été atteints ? En milieu de grille, le constat est clair : non seulement les performances sont proches (mais cela était déjà le cas l’an dernier), mais encore, les batailles peuvent se dérouler de manière plus accrocheuse et agressive que précédemment.

Mike Krack, le patron d’Aston Martin F1, est par exemple le premier à féliciter la FIA pour avoir mis en place ces changements.

« Oui, si vous regardez la bataille en milieu de grille, l’objectif est définitivement atteint. Je pense que nous sommes tous à quelques dixièmes près et un dixième peut décider si vous êtes huitième ou 18ème. »

« Malheureusement, il y a trois équipes qui ont un peu plus d’avance, ce qui rend la course beaucoup plus prévisible. Donc en tant que tel, on pourrait dire que les règles n’ont pas fonctionné. Mais d’un autre côté, si vous regardez le milieu de grille, vous pouvez dire que le règlement a fonctionné parce que ce sont des Grands Prix très excitants que nous voyons dans le milieu de grille, donc le bilan est un peu contrasté de mon côté. »

Frédéric Vasseur, chez Alfa Romeo, fait le même constat : en dépit des succès de ce règlement, il est dommage que les trois écuries de pointe soient toujours largement devant tout le monde. Il faudra du temps avant que le règlement des budgets plafonnés produise ses effets sur elles aussi.

« Dans tout le groupe du milieu de grille, c’est un méga combat chaque week-end, vous ne savez pas si vous serez 7e sur la grille ou dernier. Et c’est très excitant. Je ne sais pas si c’est l’effet du règlement technique ou les premières conséquences des budgets plafonnés, mais c’est probablement une combinaison des deux. »

« A la fin, c’est un peu dommage que vous ayez trois équipes en tête, je suis sûr qu’ils sont très heureux de cela dans ces équipes. »

Quand donc les écuries de pointe seront vraiment affectées par les budgets plafonnés ?

Franz Tost, pour AlphaTauri, demande aussi de la patience : les budgets plafonnés vont produire leurs effets sur les écuries de pointe, mais pas tout de suite.

« Le nouveau règlement a rapproché les voitures, surtout en milieu de grille. Et l’écart avec les trois meilleures équipes pourrait également être comblé dans les prochaines années, lorsque le plafond des coûts contribuera à rapprocher les équipes, car les équipes de pointe ne pourront plus dépenser autant d’argent. »

« Cet avantage se réduira pour les écuries de pointe, dès 2023 parce que cette année, ils avaient encore l’avantage de 2021 - année où ils pouvaient garder certains des employés jusqu’en juin. Et à partir de l’année prochaine, et puis surtout en 2024, la réglementation des budgets plafonnés sera plus efficace pour rapprocher toutes les équipes, ce qui est l’objectif. »

Sur cette même question (jusqu’à quand les écuries de pointe ne vont pas réellement souffrir, par rapport au milieu de grille, de l’effet des budgets plafonnés), Frédéric Vasseur est plus évasif. Il ne donne pas de dates mais simplement des renseignements intéressants sur l’effet-cliquet ou durable d’avoir des budgets plafonnés bien plus élevés par le passé.

« L’impact pour une équipe de pointe était beaucoup plus important que pour nous et en tout cas pour moi. Mais d’un autre côté, ils ont aussi l’avantage, dans les écuries de pointe, de la technologie et du savoir-faire, dans lesquels ils ont tellement investis dans le passé. Cela signifie qu’ils ont toujours une longueur d’avance sur nous. Et j’espère que nous serons capables de compenser à l’avenir. »

« Nous devons tous considérer le bon côté de la chose. Nous [les équipes de milieu de grille] jouons dans notre jardin en termes de budget, car nous sommes beaucoup plus habitués qu’eux [les écuries de pointe] à gérer ce type de budget. Et peut-être que dans un avenir proche, cela compensera une partie de l’écart. »

Cet optimisme est partagé par Mike Krack, chez Aston Martin F1, qui peut de plus compter sur les investissements de Lawrence Stroll pour être déjà à la limite des budgets plafonnés.

« Oui, la combinaison du plafonnement des coûts et de la stabilité des réglementations techniques permettra de rapprocher la grille dans les années à venir, et je pense que les courses s’amélioreront. Le milieu de grille va réduire l’écart, étape par étape, pour les meilleures équipes et ce sera de mieux en mieux dans les années à venir. »

Alfa Romeo F1 Team - Sauber

Info Formule 1

Photos

Vidéos