Formule 1

Giovinazzi et Kubica ont vécu un samedi mémorable chez Alfa Romeo

Du réveil par Fred Vasseur aux qualifications, Kubica raconte son samedi fou

Recherche

Par Alexandre C.

4 septembre 2021 - 19:02
Giovinazzi et Kubica ont vécu un (...)

C’est un samedi à la fois excitant et plein de défis qu’a vécu Robert Kubica à Zandvoort… et le Polonais était loin de s’y attendre en se levant ce matin !

Car après le forfait de Kimi Räikkönen, positif au Covid, le pilote de réserve Alfa Romeo a logiquement été appelé en renfort pour remplacer le Finlandais. A l’image de Nico Hülkenberg l’an prochain passé, Robert Kubica a ainsi couru d’un bout à l’autre du paddock et raconte sa folle journée jusqu’à l’arrivée au circuit de Zandvoort !

« J’ai été réveillé ce matin et je ne savais pas que quelque chose se passait, j’ai entendu le téléphone de ma chambre sonner mais je pensais que c’était la porte d’à côté, alors je me suis réveillé et je n’ai pas compris. »

« J’ai vérifié mon téléphone portable et j’ai vu des appels manqués de Fred [Vasseur]. J’ai d’abord pensé que j’étais positif parce que je suis arrivé tard ici et que j’étais à Varsovie jusqu’à jeudi après-midi avec notre partenaire Orlen, puis j’ai ouvert [les résultats] et j’ai vu que j’étais négatif au coronavirus. »

« Au même moment, j’appelais Fred. Bien sûr, quand on reçoit un appel tôt le matin, on sait que quelque chose se passe et que l’équipe aura probablement besoin de moi. »

« Ensuite, j’ai attendu jusqu’à 9 heures du matin pour que nous puissions entrer dans le paddock et commencer à travailler, et c’est passé d’un samedi normal, assez ennuyeux pour moi, à un samedi assez mouvementé et difficile dans l’ensemble. »

Robert Kubica n’a eu que très peu de roulage mais il a signé un temps honorable : il a battu les deux Haas et a fini à 5 dixièmes de l’Aston Martin F1 de Sebastian Vettel. Lui qui était habitué aux dernières places chez Williams F1 en 2019... cela a dû lui faire plaisir.

Et encore, raconte-t-il, il n’a pris aucun risque !

« Pour être honnête, l’approche était assez sûre. L’année dernière, je me lançais et j’avais vraiment confiance dans la voiture. »

« Même si je n’avais aucune connaissance de la voiture, j’étais capable d’être parfois étonnamment rapide en quelques tours. »

« Cette année, ce n’est pas le cas, c’est probablement une combinaison de la voiture et des pneus. Je pense que ma participation dans d’autres séries a aussi aidé au tout. »

« La dernière fois que j’ai participé à des qualifications, c’était l’année dernière, lors de la dernière course de DTM, donc je n’ai même pas participé aux qualifications une seule fois cette année. »

« Pour mon dernier relais, c’était vraiment dommage, parce que je sentais vraiment que je pouvais améliorer beaucoup et j’avais hâte, mais j’ai eu beaucoup de trafic sur le tour de sortie à un rythme très lent. Puis je suis arrivé au dernier virage, j’ai bloqué les pneus avant et puis j’ai eu un petit mouvement de la voiture, en survirage à la sortie. Et je me suis dit ’OK maintenant je ne sais pas ce qui va se passer au premier virage’. »

« Donc j’ai choisi la sécurité, en fait le grip n’était pas là mais bien sûr si vous essayez de forcer la voiture vous allumez les pneus plus rapidement. Si vous restez sur la défensive, il faut quatre ou cinq virages. »

« Pour être honnête, on est toujours en retard sur le programme et ce sont des choses que l’on ne peut pas apprendre dans les livres, ou que l’on ne peut pas trouver au supermarché, sinon ce matin j’aurais acheté pas mal de connaissances. Ça fait partie du jeu. »

« Dans l’ensemble, le vent, la piste, les conditions dans lesquelles nous nous sommes trouvés et l’approche sûre, cela a été un samedi sans problème, ce qui, à mon avis, est probablement la chose la plus importante. »

Antonio Giovinazzi signe sa meilleure performance en carrière

Robert Kubica a pu compter sur une Alfa Romeo qui en avait dans le ventre puisque son coéquipier du jour, Antonio Giovinazzi, signait un excellent 7e temps, ce qui constitue le meilleur résultat de sa carrière.

L’Italien réussit cette performance peut-être au meilleur moment pour sa carrière aujourd’hui menacée par les arrivées d’Alexander Albon ou de Nyck de Vries chez Alfa Romeo… ou bien est-ce déjà trop tard ?

« Nous avons déjà montré hier que nous avions un bon rythme, pour nous classer dans le top 10. »

« Ensuite, les qualifications ont été, pour être honnête, des montagnes russes parce qu’à un moment en Q2 nous avons eu un problème sur la roue, mais ensuite nous avons eu un peu de chance avec le drapeau rouge, et nous étions en Q3. En Q2, c’était juste un méga tour, la voiture se sentait bien. Donc oui, merci aux gars pour la voiture et aussi pour le travail qu’ils ont fait pour résoudre le problème pendant la Q2. »

« Ils n’ont pas abandonné, ils ont tout fait et quand j’ai vu que le problème était réglé, c’était ma priorité de faire un bon tour pour les gars pour le travail qu’ils ont fait. »

Désormais les points sont un minimum pour Antonio Giovinazzi...

« La course est pour demain, mais à partir de la 7e place, je pense que nous pouvons faire un bon travail. L’objectif principal est de garder la position, si nous gardons cette place, ce serait génial. »

La grille de départ du GP des Pays-Bas 2021 :

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less