Formule 1

Domenicali juge ’malvenu’ de critiquer Ferrari depuis l’extérieur

Il sait la pression qui est sur les épaules de Binotto

Recherche

Par Olivier Ferret

21 septembre 2020 - 10:03
Domenicali juge ’malvenu’ de critiquer

Le travail de directeur de Ferrari est particulièrement difficile, tant la Scuderia est considérée comme un joyau du sport en Italie. De l’autre coté des Alpes, certains disent même que ce poste est davantage soumis à pression que celui de Premier ministre, ce qui fait réagir Stefano Domenicali, qui l’a occupé à la fin des années 2000 et au début des années 2010.

"Je ne sais pas si c’est vraiment le cas. Mais permettez-moi de le dire de cette façon : je peux vous assurer, d’après ma propre expérience, qu’un patron d’équipe chez Ferrari subit beaucoup de pression et que c’est très intense" indique celui qui es désormais PDG de Lamborghini.

"Vous pouvez imaginer entendre l’opinion de tout le monde après une course le lundi matin car tout le monde sait mieux que vous ce que vous auriez dû faire. Si vous gagnez c’est normal, si vous terminez deuxième, c’est un désastre. Il n’y a presque pas de nuances entre les deux !"

"Mais cela fait partie du jeu, vous le savez quand vous acceptez le job. En tant que patron d’équipe et encore plus chez Ferrari, il faut donc être fort et réagir de manière appropriée à chaque fois," ajoute l’Italien de 55 ans.

De plus en plus, les capacités de Binotto à diriger sont jugées par les performances de son équipe qui est presque à son plus bas niveau historique. Mais malgré ces lacunes, Domenicali semble avoir confiance en l’ingénieur devenu patron.

"Nous nous connaissons très bien, comme vous pouvez l’imaginer car Mattia a travaillé avec moi et pour moi."

"En signe de respect, je n’interfère pas du tout dans ses décisions ou avec l’équipe. Je ne ferai aucun commentaire là-dessus, car je pense que ce serait inopportun. Seuls le travail acharné et la patience aideront. Et je ne vois aucune alternative à mettre en place que Binotto et son équipe."

"Il faut lui donner le temps et l’espace pour mener à bien ses plans. Et parce que j’ai été à sa place, je ne veux en aucune façon intervenir. Il a déjà une si grande responsabilité, il peut et doit prendre de manière indépendante les décisions qu’il pense être bonnes pour l’équipe."

"Parce que seules les personnes qui travaillent avec l’équipe au quotidien savent exactement ce qui se passe. Par conséquent, je trouve qu’il est malvenu pour ’quelqu’un d’externe’ de s’impliquer et commenter. Je n’ai jamais fait ça après mon départ de Ferrari, c’est une question de respect."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less