Formule 1

Des F1 2 secondes plus lentes : Allison analyse les conséquences des pneus 18 pouces

Des écarts resserrés grâce aux pneus ?

Recherche

Par A. Combralier

4 juin 2020 - 17:14
Des F1 2 secondes plus lentes : (...)

L’arrivée des pneus 18 pouces en F1 a été retardée d’un an, de 2021 à 2022, pour accompagner la mise en œuvre de la nouvelle réglementation.

A l’image des autres modifications aérodynamiques de ce nouveau règlement, l’introduction des pneus 18 pouces va elle aussi avoir pour effet de ralentir les voitures, mais aussi de rapprocher les performances.

C’est ce qu’a expliqué James Allison, le directeur technique de Mercedes F1.

« Toutes choses égales par ailleurs, avec de plus grosses jantes, ces pneus seront pires que ceux que nous avons sur nos voitures de course aujourd’hui. »

« Ces sortes de pneus en forme de ballons que nous avons aujourd’hui, et depuis des décennies, sont vraiment une bonne solution pour trouver de la vitesse. »

« Ce pneu actuel de 13 pouces est léger, il agit comme un bon élément de suspension, ce qui donne au pilote une bonne base pour le pilotage, il permet de prendre une moindre pression au moment d’encaisser les forces cinétiques en virage, ce qui signifie que vous avez plus d’adhérence, etc. »

Et James Allison de chiffrer la chute des performances induite par ces nouveaux pneus – et rien que par eux.

« Les nouveaux pneus vont être plus lourds, moins adhérents et moins performants. Ils vont donc ralentir les voitures d’une à deux secondes, quelque chose comme ça. »

« Bien sûr, Pirelli fait beaucoup d’efforts pour atténuer ces pertes. Cela signifie que ces pneus resteront de bons pneus de course. »

Pourquoi avoir alors introduit ces nouveaux pneus ? Pour des raisons technologiques, liés à la pertinence de leur utilisation sur les voitures de série. Et aussi pour des raisons esthétiques, ce que ne comprend pas vraiment le directeur technique de Mercedes…

« J’imagine que si vous êtes un garçon de 13 ans ou un fan des films "Fast and Furious", vous aimeriez bien l’aspect du pneu. Donc esthétiquement, ils plaisent à certaines personnes. »

Et quid de l’argument relatif à la pertinence de ces 18 pouces pour les voitures de série ?

« Pour les voitures de série, les performances ne sont pas aussi déterminantes, c’est le coût qui est beaucoup plus important et donc les 18 pouces, c’est une meilleure façon globale de fabriquer un pneu du point de vue de l’ensemble du package qui est présenté au consommateur. Et donc, mieux aligner notre monde sur celui des voitures de route signifie que ce que nous faisons est probablement plus pertinent. C’est important. »

« C’est aussi important parce que cela signifie que les constructeurs de voitures de course sont alors intrinsèquement plus intéressés par la Formule 1, ce qui est important dans notre sport, et cela signifie aussi que nous avons des partenaires solides et engagés dans le temps. »

Enfin et peut-être surtout, l’arrivée des 18 pouces permettra de niveler le niveau des performances.

« Tous ceux qui conçoivent des voitures savent que l’aérodynamique des pneus est vraiment importante. La façon dont la voiture interagit avec le pneu lorsqu’il change de forme en raison de distorsion, de la déformation de celui-ci, fait une grande différence pour l’aérodynamique. »

« Il est donc difficile de comprendre comment concevoir une voiture pour qu’elle fonctionne bien avec cet élément mobile qu’est un pneu, qui change constamment de forme. Et c’est l’une des nombreuses choses qui distinguent l’avant de la grille de l’arrière : la maîtrise que vous avez de ce problème géométrique particulier. »

« Si vous avez un pneu à profil bas parce qu’il y a moins de gomme, et que ce pneu est plus rigide latéralement, il bouge moins. Le dilemme est donc moins grand pour le concepteur de la voiture. »

« Si vous étiez à la FIA et à la FOM et que vous vouliez que la grille se rapproche, avoir des pneus qui n’interfèrent pas autant avec l’aérodynamisme serait une bonne chose. »

Mais Mercedes n’entend pas pour autant rester inerte...

« Pour nous, ce nouveau pneu est donc une opportunité. Oui, il va permettre à la voiture de rouler plus lentement. Non, il ne m’attire pas visuellement. Mais c’est une grande opportunité de voir si nous pouvons l’utiliser pour réellement, loin de rapprocher les écarts de performance sur la grille, nous retrousser les manches pour prendre de l’avance. »

« Avec un peu de chance, nous travaillerons donc bien et mieux que nos concurrents. Mais je suppose que le temps nous dira si cela fonctionne ou non. »

Comme avec le DAS, Mercedes entend ainsi explorer les limites du règlement…

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less