Formule 1

Vettel a vécu l’une des saisons les plus compliquées de sa carrière

Une issue frustrante mais qui ne le décourage pas

Recherche

Par Emmanuel Touzot

29 octobre 2018 - 17:16
Vettel a vécu l'une des saisons les (...)

Sebastian Vettel va terminer sa saison en tant que vice-champion du monde, mais l’Allemand pourra rester déçu et frustré un moment, tant cette course au titre lui a glissé entre les doigts au fil des mois et des erreurs que lui et Ferrari commettaient. Il ne sait pas si c’est sa pire saison, mais elle s’en approche sur certains points.

"Peut-être, je ne sais pas. J’ai besoin d’y réfléchir, mais à certains égards, certainement oui" reconnaît Vettel. "Oui, c’était certainement différent des autres années, mais je pense néanmoins que nous ne devrions pas négliger le fait que nous avions une voiture très forte, que nous avons pu gagner des courses, que nous ne sommes plus en compétition pour le championnat pilotes mais que nous pouvons nous battre pour les celui des constructeurs."

"Donc, même si l’année a été difficile, je pense que ça a été une bonne année pour nous en tant qu’équipe. Nous continuons de nous améliorer, mais il y a certainement eu aussi des choses qui sont apparues, qui ont besoin d’être corrigées, qui ont besoin d’être corrigées afin de franchir l’étape finale que nous recherchons."

Il ne veut toutefois pas s’épancher de trop sur la situation : "Non. Je ne veux pas en faire toute une histoire. Comme pour la question précédente, on pouvait s’y attendre, mais c’est sûr que c’est différent. Je me concentre sur moi-même, je me concentre sur ma voiture. On y travaille toute l’année et c’est sûr que quand c’est définitivement perdu, ce n’est pas agréable et c’est un peu déprimant, mais je tenterai tout ce que je peux au Brésil."

"Parce que c’est ce que mon équipe le mérite et c’est ce que méritent tous les gars à Maranello et tous ceux qui m’ont soutenu, mais aussi Kimi [Räikkönen] et moi, et bien sûr toute l’équipe et tous les tifosi. Pour l’instant, je ne suis peut-être pas l’homme le plus heureux, mais dans deux semaines, j’ai le droit de monter dans la voiture dont j’ai toujours rêvé de conduire, alors il y a de quoi être heureux."

L’objectif est donc simple pour Interlagos, rester dans la course contre Mercedes : "Nous avons besoin de marquer plus de points qu’eux, mais je pense que le week-end dernier a été bon pour nous, que ce week-end a été bon pour nous et j’espère que nous pourrons continuer les deux dernières courses comme ça."

expand_less