Formule 1

Les pannes de Verstappen en 2017 n’avaient jamais la même origine

C’est pour cela qu’il a fallu du temps

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 mars 2018 - 18:48
Les pannes de Verstappen en 2017 (...)

Max Verstappen a vécu un total de sept pannes mécaniques en course l’an dernier. Parmi celles-ci, il a notamment abandonné alors qu’il visait le podium, voire mieux, à Montréal et Bakou. Le Canada l’a particulièrement marqué.

"Celle-ci était rude" admet-il. "Bakou était aussi difficile. J’étais mécontent et l’équipe l’était aussi. Tout le monde essayait de faire de son mieux pour réussir en termes de fiabilité mais il n’y avait pas de solution rapide. C’était quelque chose de différent qui cassait à chaque fois. Nous avons toutefois réussi à changer les choses positivement, surtout en Malaisie où la victoire était émouvante."

Verstappen a gagné deux courses en fin de saison et terminé les six dernières manches de l’année 2017 dans le top cinq, ce qui le laisse espérer encore mieux au Néerlandais : "J’espère que ce sera mieux que ça. Je suis très heureux de nos progrès mais il faudra voir à Melbourne où nous en sommes."

Il se remémore sa première course, il y a déjà trois ans, mais avoue ne pas avoir été trop nerveux : "Quand les lumières s’allument et que vous vous préparez au départ, vous êtes un peu nerveux, mais surtout parce que les procédures sont nouvelles. Dès que vous êtes en course, vous n’êtes plus nerveux. Le cœur s’emballe un peu et ça passe vite."

L’un de ses meilleurs moments jusqu’ici a été sa course à Interlagos en 2016, où il est remonté du fond de grille jusqu’au podium sous une pluie torrentielle : "Je ne veux pas sembler arrogant mais j’ai toujours pensé que j’étais bon sur le mouillé."

"J’étais plus surpris que les autres ne soient pas aussi à l’aise pour trouver la meilleure adhérence puisque j’ai réussi à finir troisième en revenant de la dernière place. C’est tout une question de ressenti et de finesse."

expand_less