Formule 1

Hamilton veut s’occuper de la reconversion des jeunes pilotes déscolarisés

Il faut qu’ils aient une roue de secours en cas d’échec

Recherche

Par Emmanuel Touzot

11 novembre 2018 - 15:16

Lewis Hamilton n’a pas trop le temps de penser à autre chose que la course automobile pour le moment, mais il assure qu’il veut se lancer dans des œuvres sociales lorsqu’il en aura terminé avec la compétition.

"Il y a beaucoup de choses que je veux faire" révèle le Britannique. "J’ai des tonnes de messages chaque jour qui me demandent si je veux faire ceci ou cela, et je dois réussir à trouver celui qui me semble avoir le plus d’impact, ou qui semble avoir le plus de sens."

Comme nous vous le rapportions, après son titre au Mexique, Hamilton révélait qu’il voulait s’investir dans l’éducation des jeunes.

Pressé d’en dire plus au Brésil, ce week-end, il estime que l’encadrement scolaire n’est pas propice à donner envie aux enfants d’aller plus loin.

"Pour l’instant, je me concentre sur la course. Mais quand je serai arrivé en fin de carrière, cela changera et je vais m’investir et travailler sur ces choses. Oui, comme je l’ai dit à Mexico, l’éducation est un domaine dans lequel je veux m’impliquer."

"Je veux rencontrer les dirigeants du gouvernement et comprendre le cursus donné aux enfants. Je me rappelle à l’école, il n’y avait jamais une discussion avec des professeurs qui auraient pu nous encourager à devenir ingénieur ou mettre quelqu’un sur ce chemin. Si je devais faire quelque chose dans les écoles, la priorité est au Royaume-Uni."

Il veut précisément s’investir pour les enfants qui, comme lui, font de la compétition très jeunes et sont déscolarisés par leurs parents, et s’inquiète pour les jeunes qui, par la suite, ne réussissent pas dans le sport automobile et n’ont plus de cursus scolaire sur lequel s’appuyer.

"Je ne peux pas non plus comprendre pourquoi nous ne faisons rien pour ces enfants qui tentent de percer en sport automobile et que les parents retirent de l’école. Beaucoup de parents font surement des cours à domicile, mais les 98% qui échouent n’ont plus rien derrière. Je me rappelle avoir eu des difficultés à l’école et mon dieu, si je n’avais pas réussi, je me serais écrasé."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less