Possible remplaçant de Latifi en F1, qui est Logan Sargeant ?

L’Américain se livre un peu

Recherche

Par Alexandre C.

17 août 2022 - 10:12
Possible remplaçant de Latifi en F1, (...)

Enfant de l’Amérique et plus précisément de Floride, Logan Sargeant pourrait bien, à la surprise de beaucoup, faire ses débuts en F1 l’an prochain.

Il bénéficie d’abord de l’imbroglio Piastri-Alpine : le volant Williams semblait être réservé à l’Australien en 2022 (Nicholas Latifi étant possiblement éjecté), mais on l’aura compris, Piastri préfère plutôt McLaren…

Reste donc le pilote de réserve de l’équipe, Logan Sargeant. Il a plusieurs atouts dans sa manche. D’abord, il est Américain : la même nationalité que Dorilton Capital, les propriétaires de Williams. Ensuite, il effectue une deuxième moitié d’année de F2 en trombe – il est déjà revenu à portée de tir de Théo Pourchaire, à la 3e place du championnat.

Qui est donc Sargeant, un pilote que l’on connaît encore assez mal finalement ? Le pilote Carlin s’est confié à nous…

« J’ai d’abord grandi à Boca Raton en Floride, où je suis né. J’ai ensuite vécu entre la Suisse et l’Angleterre tout au long de ma carrière de pilote en Europe. »

« J’aime beaucoup l’endroit d’où je viens. Ça me manque beaucoup de vivre à Londres, c’est un endroit vraiment amusant. »

« Je pense que le moment où je peux le plus recharger mes batteries, c’est quand je rentre chez moi en Floride et que je me détends vraiment, que je vais dans l’eau et que je ne pense pas du tout à la course, pour être honnête. Quand je suis à la maison, je ne pense pas du tout à la course. Évidemment, je reçois beaucoup de questions de personnes que je n’ai pas vues depuis longtemps, mais c’est agréable pour moi de me déconnecter complètement. »

« Mais quand je suis à Londres, j’aime rester actif à la gym. Je suis aussi souvent à Williams dans le simulateur, pour rester actif. J’essaie d’occuper mes journées pour ne pas trop m’ennuyer. »

S’il avait une idole dans le monde du sport à admirer, qui citerait-il ? Un pilote de F1 ?

« C’est une question délicate. En ce moment, je suis un grand fan des Miami Dolphins et ils viennent de signer Tyreek Hill et c’est une bête absolue. »

En F2, compte-t-il plus d’amis que de rivaux ? Avec qui s’entend-il en particulier ?

« J’essaie de ne pas devenir trop ami avec quelqu’un parce que j’ai l’impression qu’à la fin de la journée, vous êtes toujours très compétitifs les uns par rapport aux autres. Quelqu’un avec qui j’ai eu une assez bonne relation est Oscar Piastri en F3 et même avec Liam Lawson cette année. Je pense que je me suis toujours bien entendu avec mes coéquipiers. Vous savez toujours que vous devez partir et concourir le week-end prochain, donc c’est toujours délicat. »

Et sa rivalité la plus féroce en carrière, quelle était-elle ?

« C’est la bataille en Formule 3 entre moi et Oscar Piastri. »

Sur quels circuits au calendrier F1 rêverait-il de courir, s’il était nommé aux côtés d’Alexander Albon l’an prochain ?

« Évidemment, c’est soit Miami, soit Austin ; avoir une course à domicile serait formidable. Cela dit, j’aimerais bien courir à Suzuka un jour. »

« Eh bien, je pourrais être partial et choisir Austin. Je veux dire, comment dire non à 450 000 fans qui viennent sur les trois jours d’un Grand Prix ? C’était assez impressionnant. Mais je dois dire que j’aime aussi Silverstone. »

La carrière de Sargeant a connu quelques coups d’éclats en F3 (3e puis 7e lors de ses deux saisons complètes). Mais l’Américain retient une course en particulier hors-championnat, comme un de ses moments forts en carrière.

« La course en Formule 3 autour de Macao. C’est probablement la course à laquelle j’ai le plus aimé participer. J’ai adoré le circuit, j’ai adoré la montée d’adrénaline qu’il m’a procurée et c’était un bon week-end. »

S’il avait la possibilité de choisir un numéro pour courir en F1 l’an prochain, lequel Sargeant choisirait-il ?

« Cette année, c’est le 6 car je ne peux pas choisir en F2, mais quand je pourrai choisir, ce sera le numéro 3. Trois pour Dale Earnhardt, un héros américain à part entière. »

Enfin, l’Américain confie avoir un rituel bien particulier avant chaque Grand Prix...

« Si les week-ends se passent bien, j’ai tendance à garder les mêmes sous-vêtements pour chaque jour. Avant que vous ne vous inquiétiez, ce sont des paires différentes ! J’ai une paire pour chaque jour, vendredi, samedi et dimanche. Mais si ça ne va pas, il faut que je change ! »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos