Formule 1

Mercedes n’écarte plus l’idée de motoriser Red Bull

Mais pas sous le nom Aston Martin

Recherche

Par Olivier Ferret

5 juillet 2015 - 19:25
Mercedes n’écarte plus l’idée de (...)

Les rumeurs autour d’une motorisation Mercedes pour Red Bull via un partenariat avec Aston Martin continuent à faire couler beaucoup d’encre à Silverstone.

Cette fois c’est Helmut Marko, le consultant pour le sport automobile de Red Bull, qui s’exprime.

"Red Bull et Renault iront au bout de leur contrat qui s’arrête à la fin 2016," déclare l’Autrichien.

"Il y a des discussions avec Aston Martin mais pour d’autres projets. Il ne faut pas oublier que nous avons aussi une société qui s’appelle Red Bull Technologies et Adrian Newey s’occupe de nouveaux projets."

"Au Red Bull Ring, on était lié à Ferrari. A Silverstone c’est Mercedes. Je me demande qui ce sera en Hongrie. Honda ?"

Toto Wolff, patron de Mercedes en F1, n’écarte pas l’idée de motoriser Red Bull. Mais il faudra pouvoir lire Mercedes sur les voitures et non Aston Martin.

"Aston Martin est une grande marque et Daimler a un partenariat industriel avec elle. Mais cela n’a aucune influence directe sur notre investissement en Formule 1. Nous sommes en F1 pour promouvoir la marque Mercedes-Benz directement. Ce qui était écrit dans ce magazine (Autocar) ne venait pas de nous."

"Il ne faut jamais rien écarter cependant. Il est toujours dangereux de dire jamais. Mais la situation actuelle est que nos moteurs sont marqués Mercedes et nous ne comptons pas leur donner un autre nom pour des raisons marketing."

Tout pourrait changer si Renault rachète Lotus...

"C’est vrai. Si cela arrive, nous aurons alors les ressources pour motoriser une autre équipe. Mais il y a beaucoup de variables qui peuvent entrer en ligne de compte d’ici là. Renault pourrait aussi quitter la F1. Si vous m’aviez demandé il y a quelques mois si on pouvait fournir Red Bull, je vous aurais dit non de manière catégorique. Maintenant, il y a une possibilité. Mais, je dois le dire, il n’y a pas de négociations pour le moment."

"Beaucoup d’options doivent être considérées," ajoute Wolff. "Renault peut acheter sa propre équipe mais aussi continuer à fournir Red Bull et Toro Rosso. Ce n’est pas impossible. Mais s’ils ne le font pas il faudra bien que quelqu’un leur fournisse un moteur. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Jusqu’à présent Red Bull est l’ennemi. Mais l’échiquier politique peut changer. Je laisse la porte ouverte car votre ennemi change toujours en F1."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less