Formule 1

La procédure de pesée en qualifications ne changera pas

Charlie Whiting reproche une stratégie osée à Ferrari

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 novembre 2018 - 16:23

Sebastian Vettel a été financièrement sanctionné le week-end dernier au Brésil après avoir détruit les balances de pesée des monoplaces. Appelé entre deux tours rapides à la pesée, alors que la pluie menaçait, l’Allemand a voulu abréger la perte de temps.

Des critiques se sont élevées sur le problème de cet appel pendant les phases qualificatives, Daniel Ricciardo disant notamment qu’un pilote n’ayant pas encore signé de chrono ne devrait pas être appelé pour cette vérification. Mais la direction de course ne compte pas changer de procédure.

"Je pense que cela rappelle aux équipes que si elles décident de faire quelque chose comme ça, elle prennent un risque" lance Charlie Whiting, allant à l’encontre du pari stratégique tenté par Ferrari, qui avait fait rentrer ses pilotes après un seul tour pour les faire ressortir avec d’autres gommes.

"Deux risques, dans ce cas. Le premier est le temps passé à faire un tour, qui est un peu imprévisible. S’il faut ajouter une autre minute potentielle pour la pesée, il faut inclure cela dans le raisonnement."

Whiting en vient à critiquer le coup stratégique tenté par Ferrari, sans se rendre compte qu’il coupe court, par un tel raisonnement, à de potentielles décisions osées des équipes : "Ce qui a ennuyé Sebastian, c’est d’être arrêté. Ferrari a fait quelque chose d’inhabituel. Ils sont allés en piste avec un pneu pour explorer les conditions et sont rentrés, c’était un risque."

"Il y a toujours le risque d’être arrêté. Ils le savent et c’est à prendre en compte. C’est ce que je dis toujours aux équipes. Ils devraient y penser en se disant ’si nous faisons cela, combien de temps ça va prendre, on pourrait être arrêtés et il faut compter une autre minute’, c’est quelque chose à compter."

Whiting assure ensuite que le système n’est aucunement décidé par le facteur humain, pour s’assurer d’une équité totale : "C’est totalement aléatoire. C’est un système que l’on programme pour dire ’nous allons arrêter la première, la deuxième ou la troisième voiture’, donc on ne sait pas quelle voiture rentre."

"Je pense que Jo [Bauer, délégué FIA] arrête rarement la première voiture qui rentre car dans une courte séance comme les qualifications, la première voiture à rentrer pourrait être une monoplace qui a un problème technique dans son premier tour. Mais voir deux voitures rentrer pour raisons stratégiques est inhabituel. C’est comme ça."

Plus qu’inhabituel, la réaction énervée de Sebastian Vettel, qui a brisé les balances est sans précédent selon Whiting : "Un pilote qui perd son sang froid et casse les balances, c’est quelque chose que nous n’avons jamais vu, honnêtement."

expand_less