Formule 1

Eric Boullier ne comprend pas

Performance médiocre à Valence

Recherche

Par Olivier Ferret

26 juin 2011 - 21:05
Eric Boullier ne comprend pas

Un seul petit point à Valence pour l’écurie Renault, un bilan très maigre qui ne satisfait pas le management de l’équipe, Eric Boullier en tête. La R31 vaut bien mieux que cela selon le Français. La 10ème place d’Heidfeld ne reflète pas le niveau réel et Boullier parle d’un faux rythme.

"Compte tenu de nos qualifications, nous attendions beaucoup plus de la course. Neuvième et onzième sur la grille permettaient d’envisager une course vraiment en bagarre pour les points. Malheureusement, cela ne s’est pas produit et nous n’avons pas été capables de faire remonter nos voitures après un mauvais départ. Cela dit, nous avons encore marqué un point grâce à Nick, ce qui nous permet de garder la quatrième position au championnat des constructeurs, devant Mercedes GP. Il nous faut comprendre pourquoi nous ne pouvions pas nous rapprocher des voitures devant nous. Nous savons que notre voiture est rapide et il est important de trouver pourquoi nous n’avons pas pu sortir de ce faux rythme aujourd’hui," déclare le directeur de Lotus Renault GP.

Alan Permane, Ingénieur en chef, ajoute : "Nos deux voitures ont fait une course médiocre et nous n’avions tout simplement pas assez de vitesse pour faire mieux. Nous avons souffert d’une dégradation des pneus suffisamment forte pour nous contraindre à faire trois arrêts. Il n’y avait aucun moyen d’en faire seulement deux. Nick a perdu une place face à Sutil au deuxième virage et n’a pas été capable de reprendre sa place. Vitaly a perdu quatre positions à cause d’un passage de vitesse prématuré au départ et cela a détruit le reste de sa course. Nous avons, à l’évidence, peiné sur les circuits avec des virages à basse vitesse. Alors nous espérons revenir aux avant-postes sur les courbes rapides de Silverstone."

Riccardo Penteado, chef motoriste de Renault Sport F1pour LRGP, révèle que Petrov a été victime d’un souci mécanique pendant la course. Heureusement contrôlé, cela a permis aux 24 monoplaces de franchir la ligne, faisant ainsi du GP du jour le quatrième de l’histoire sans abandon. Les trois précédents étaient Zandvoort en 1961, Indianapolis et Monza en 2005.

“Une course longue et difficile pour nous ici. Chacun espérait plus de points, compte tenu des positions de départ et du potentiel de la voiture jusque-là. La température était élevée, comme prévu, mais cela ne nous a causé aucun souci. Nous avons été agressifs sur la consommation en fin de course, puisque nous nous efforcions de gagner des places. Mais malheureusement Nick n’est pas parvenu à devancer Sutil pour la neuvième place. Néanmoins, ce point est important parce que nous restons devant Mercedes au championnat des constructeurs. Nous avons décelé une fuite d’eau sur la voiture de Vitaly vers la fin, mais nous avons pu la contrôler et finir la course. Dans l’ensemble, le week-end a été difficile, les cartographies devant rester les mêmes entre les qualifications et la course. Sur ce point, nous avons fait du bon travail en gardant assez de performance en course sans en perdre beaucoup en qualifications, ce qui a demandé un bel effort aussi bien en piste qu’à l’usine."

expand_less