Formule 1

4e du championnat, Renault F1 est ’dans les temps’ selon Prost

Ce sera toutefois difficile d’aller chercher très vite le top 3

Recherche

Par Olivier Ferret

10 novembre 2018 - 09:56
4e du championnat, Renault F1 est (...)

Derrière les trois top teams, encore intouchables, que sont Mercedes, Ferrari et Red Bull, Renault a poursuivi son ascension cette saison.

L’équipe française est bien partie pour terminer à la 4e place du championnat constructeurs. Une progression logique et attendue, conforme à l’objectif, même si l’écart de performances reste encore trop important.

Alain Prost estime que Renault F1 est dans les temps pour sa montée en puissance, qui doit lui ouvrir la bataille pour les victoires à partir de 2020. Et les titres ensuite.

"Je ne juge pas année après année. Quand Mercedes a racheté l’écurie Brawn, il leur a fallu quatre ou cinq saisons pour arriver au sommet. Chez nous il faut regarder ce qui a été fait, notamment en termes d’infrastructures et d’investissements," explique le consultant de Renault F1 au journal L’Equipe.

"Augmentation de 15 à 20% des effectifs, principalement à Enstone. Cette mise à niveau, pas encore achevée, prend du temps et de l’énergie."

"Il fallait penser à la voiture existante, à celle de 2019, et se dimensionner pour les nouveaux règlements de 2021. C’est forcément complexe. Difficile d’aller plus vite, tout en intégrant jusqu’à 200 nouvelles personnes dans l’écurie. Chacun arrive avec ses habitudes, sa culture. On est dans les temps."

Cette année on a beaucoup parlé de la place de meilleur des autres. Pour les pilotes à l’arrivée, comme pour les équipes. Renault F1 devrait donc obtenir ce titre.

"C’est un peu péjoratif dit comme ça, mais c’est la vérité," admet Prost.

La clé de l’écart constaté cette année se situe du côté des moteurs selon le quadruple champion du monde. Et cela mériterait peut-être des clarifications...

"Il s’est passé quelque chose d’assez fondamental cette année, c’est l’évolution des moteurs Mercedes et surtout Ferrari en milieu d’année. Ils ont gagné une trentaine de chevaux, mais pas forcément sur les blocs. C’est peut-être sur l’essence, la consommation d’huile ou d’autres fluides. Je voudrais vraiment, à titre personnel, que la FIA se penche sur ces questions."

Renault F1 peut elle être ralentie dans sa progression vers les sommets par le changement des règles aérodynamiques prévues pour 2019, avant la révolution promise pour 2021 ?

"Ce n’est pas impossible. Nous sommes sur un temps long. À chaque saison une pierre portée à l’édifice. L’arrivée de Daniel Ricciardo en est une. Je ne suis ni surpris ni frustré du timing."

"Les changements de règlement pour 2019 n’étaient pas prévus il y a un an. Les trois grosses équipes sont plus structurées pour s’adapter à ces décisions, sans négliger le développement de leur F1 en cours de saison. Ils s’assoient sur des années d’expérience et d’investissements."

expand_less