Formule 1

Cowell : Mercedes a analysé en profondeur son V6 pour trouver plus d’efficience

Un travail précis sur le refroidissement a été effectué

Recherche

Par A. Combralier

14 février 2020 - 13:46
Cowell : Mercedes a analysé en (...)

De même que le règlement aérodynamique, le règlement moteur est resté stable cette année en F1 – comme depuis 2014. Mercedes a pu ainsi mettre à profit cet hiver pour tenter de renforcer plus encore la puissance et l’efficience de son V6 hybride, en particulier pour reprendre, pourquoi pas, un avantage net sur la concurrence.

Même en période de stabilité réglementaire depuis plusieurs années, le travail effectué sur l’unité de puissance a été profond, comme l’a expliqué Andy Cowell, le directeur général de Mercedes-AMG High Performance Powertrains.

« Nous avons dû développer encore plus d’éléments de l’unité de puissance. Nous avons examiné le moindre système. »

« Nous avons travaillé sur un grand nombre de projets et, une fois réunis, ils devraient permettre de renforcer la puissance moteur et de donner à l’équipe d’aérodynamique davantage de possibilités d’amélioration. »

Est-il cependant encore possible de trouver des gains importants, alors que la convergence des performances et la courbe de progression se resserrent ?

« La perfection n’existe pas, il y a toujours la possibilité de s’améliorer et nous avons tous cet état d’esprit. Nous améliorons sans cesse chaque détail – les composants, le hardware et les ingrédients, mais aussi des choses comme nos outils de conception. Vous savez qu’il y a des domaines où vous pouvez vous améliorer. Faire son autocritique et garder l’esprit ouvert est au cœur de cet état d’esprit. »

Pour ne pas revivre la mésaventure du Red Bull Ring l’an dernier, Andy Cowell et son équipe se sont particulièrement occupés des problèmes récurrents de refroidissement, en travaillant notamment sur les radiateurs.

« Nous déployons des efforts considérables pour nous assurer que tous les fluides de refroidissement de l’unité de puissance fonctionnent à une température plus élevée. Cela augmente la différence de température entre ce liquide de refroidissement et la température ambiante dans l’air, ce qui augmente aussi l’efficacité du système de refroidissement. C’est un défi difficile à relever, car beaucoup de pièces du moteur sont en aluminium et les températures avec lesquelles nous opérons font que les propriétés physiques des matériaux se dégradent assez rapidement. »

« Gérer cela sur un cycle de huit courses est un défi technique difficile, mais c’est ce que nous nous efforçons de faire. En tant qu’ingénieurs chargés de l’unité de puissance, nous ne nous concentrons pas seulement sur la puissance du vilebrequin, mais aussi sur le packaging et la réduction des dommages collatéraux pour l’aérodynamicien, afin qu’il puisse se concentrer principalement sur la maniabilité et la stabilité de la voiture dans les virages. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less