Formule 1

Schumacher a surmonté sa déception

Son objectif est toujours la victoire, mais ce n’est pas facile...

Recherche

Par D. Thys

19 mai 2011 - 19:46
Schumacher a surmonté sa déception

A la fin du Grand Prix de Turquie, Michael Schumacher avait sa tête des mauvais jours. Il avait même laissé entendre qu’il ne s’amusait plus en F1, mais il revient aujourd’hui sur ses propos pour les clarifier.

"Si vous lisez toute l’interview, vous vous rendrez compte assez facilement que je parlais seulement de cette course (en Turquie). Si je n’avais pas eu tous ces petits problèmes lors des deux premiers tours, j’aurais pu terminer la course en cinquième ou sixième position, car j’avais une voiture capable de faire ça. Cela n’a donc pas été très amusant," déclare Michael Schumacher.

Dans quel état d’esprit va-t-il aborder ce Grand Prix d’Espagne ? "Cette course ne sera pas différente des autres. Si vous pensez que quelque chose a changé en moi, ce n’est pas le cas. J’ai même apprécié certains moments de cette course (en Turquie), les dépassements et l’action qu’il y a eu, mais c’est mon résultat que je n’ai pas apprécié. Je n’ai aucun problème et je ne me pose aucune question sur ce qui m’attend ce week-end."

Lorsque Michael Schumacher prit la décision de revenir en F1, à la fin de l’année 2009, il avait affirmé que son objectif était de gagner des courses et même de décrocher un huitième titre mondial. Est-ce exact ?

"Oui, c’est vrai. C’est d’ailleurs la seule raison pour laquelle j’ai décidé de revenir. Il serait donc préférable pour nous de gagner aujourd’hui plutôt que demain, c’est une certitude, mais à l’époque je ne connaissais pas la situation aussi bien que maintenant. Nos objectifs et nos espoirs étaient différents lorsque j’ai signé par rapport à notre situation d’aujourd’hui. Je dirais que notre équipe est dans une phase de construction normale et toutes les équipes doivent passer par là pour gagner. Nous ne sommes pas des magiciens," explique-t-il.

Qu’est-ce qui pourrait lui apporter une grande satisfaction ce week-end ? "Je serais très satisfait si j’arrivais à tirer tout le potentiel de la voiture, mais ce n’est qu’à la fin du week-end que je saurai si j’ai réussi à faire ça ou pas."

Fernando Alonso a prolongé son contrat avec Ferrari jusqu’à la fin de la saison 2016. Pourrait-il faire la même chose avec Mercedes ? "Je viens de l’apprendre pour Alonso, car je n’étais pas au courant. Je crois en la continuité. Je suis persuadé que c’est la clef du succès et cela ne me surprend pas du tout. Je suis persuadé qu’il se sent bien chez Ferrari sinon il n’aurait pas fait ça. Quant à moi, vais-je continuer jusqu’en 2016 ? Je ne crois pas qu’il est nécessaire de penser à ça maintenant et je ne suis même pas sûr que je voudrais le faire. Je vais y aller pas à pas."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less