Formule 1

Nouvelles révélations sur le chantage d’Alonso à McLaren en 2007

Faire tomber Lewis Hamilton en panne d’essence, le chantage précis de l’Espagnol

Recherche

Par Valentin Vilnius

21 novembre 2018 - 08:29

Lors du Grand Prix de Hongrie 2007, la féroce rivalité entre Lewis Hamilton et Fernando Alonso chez McLaren fut mise sous les feux des projecteurs à l’occasion d’un incident bien connu. En qualifications, Lewis Hamilton avait refusé de laisser passer son coéquipier, comme lui avait ordonné son équipe. En représailles, Fernando Alonso avait bloqué aux stands le Britannique, l’empêchant de boucler un tour chronométré.

Le double champion du monde écopa d’une pénalité de cinq places sur la grille et partit ainsi en sixième place sur le Hungaroring – Lewis Hamilton remporta la course.

Quelques heures avant le départ, Fernando Alonso, furieux, était allé – accompagné de son manager Luis Garcia Abad - trouver Ron Dennis. L’Espagnol menaça Ron Dennis, s’il n’obtenait pas satisfaction, de transmettre à la FIA toutes les informations compromettantes dont il disposait sur l’espionnage industriel de Ferrari, organisé par McLaren – qui serait découvert ensuite.

Cette information était déjà bien connue, mais la BBC a fait de nouvelles révélations sur le contenu précis du chantage de Fernando Alonso.

Fernando Alonso a ainsi répété à Ron Dennis qu’il avait été dans son bon droit en bloquant Lewis Hamilton. Il a ensuite exigé que McLaren fasse « involontairement » tomber Lewis Hamilton en panne d’essence durant le Grand Prix de Hongrie.

Ron Dennis a alors demandé à Fernando Alonso de se taire et a appelé son adjoint, Martin Whitmarsh. Sur invitation de Ron Dennis, le pilote espagnol a répété son exigence.

Ron Dennis et Martin Whitmarsh ont alors décidé d’appeler Max Mosley, le président de la FIA, et de ne pas faire rouler Fernando Alonso au Hungaroring en raison de ce chantage. Joint au téléphone, Max Mosley a plutôt conseillé de laisser l’Espagnol rouler en Hongrie.

Est-ce au moment de cet appel téléphonique que Max Mosley a appris l’affaire de l’espionnage industriel ? « Je savais déjà à propos de ces emails » déclara plutôt le président de la FIA. Flavio Briatore, le manager de Fernando Alonso chez Renault, avait déjà informé les instances réglementaires selon Mosley.

Une demi-heure après sa réunion houleuse, Abad, le manager de Fernando Alonso, est revenu voir Ron Dennis en assurant que son pilote était désolé et voulait s’excuser pour avoir perdu son sang-froid. Selon Abad, Fernando Alonso avait même renoncé à son chantage.

Après la course, Fernando Alonso serra même la main de Ron Dennis et s’excusa en personne. « Il avait réagi à chaud, car il était en colère » expliqua ensuite le patron de McLaren à la FIA.

Cependant, un mois après le Grand Prix de Hongrie, l’enquête s’accélérait autour de McLaren, qui serait finalement exclue du championnat constructeurs et condamnée à payer une amende record de 100 millions de dollars.

A la lumière de ces nouvelles explications, on comprend plus aisément encore pourquoi McLaren et Fernando Alonso décidèrent de se séparer d’un commun accord à la fin de la saison 2007…

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less