Formule 1

L’accord ’moteur’ pour 2017 - 2018 se dessine

Les grandes lignes sont connues

Recherche

Par Olivier Ferret

23 avril 2016 - 09:35
L'accord 'moteur' pour 2017 - 2018 se (...)

Le 26 avril, lors de la prochaine réunion du Groupe Stratégie, sera présenté l’accord pensé par les 4 constructeurs motoristes (Mercedes, Ferrari, Renault et Honda) pour atteindre les objectifs fixés par la FIA pour les années à venir.

Alors que Christian Horner soutenait à Shanghai que les motoristes n’étaient pas proches d’un accord, Toto Wolff l’a contredit. Et voici les points qui devraient être adoptés, dans les grandes lignes.

1°) Concernant les coûts, les motoristes se sont mis d’accord pour consentir un rabais de 1 million d’euros sur les factures des équipes clientes en 2017 avant de s’aligner sur le prix fixe de 12 millions d’euros maximum à partir de 2018. A l’heure actuelle les équipes clientes déboursent un peu plus de 20 millions d’euros par an.

Pour réduire leurs coûts de revient et la fiabilité s’améliorant, les motoristes proposent toutefois de limiter le quota de moteurs par pilote à 3 par saison.

2°) Le bruit sera bel et bien accru, même si cette tâche est difficile parce que l’objectif premier d’un moteur hybride est d’être le plus efficient possible, et le bruit est synonyme de perte d’énergie pour les ingénieurs motoristes. Paddy Lowe, le directeur technique de Mercedes, a promis de très bonnes avancées pour les V6 avec des solutions en cours de test au banc.

3°) L’obligation de fournir toutes les équipes : un mécanisme a été mis en place et il devrait reposer en grande partie sur Renault. Le constructeur français avait négocié jusqu’à la dernière minute avec Ecclestone son retour en tant qu’équipe d’usine mais l’une des conditions exigées de la part de Renault est bien de fournir d’autres équipes si nécessaire.

A noter que ce mécanisme permet à une équipe de ne pas se retrouver sans moteur, pas d’obtenir le moteur qu’elle souhaite. Une Red Bull Mercedes ou une Red Bull Ferrari, ce n’est probablement pas pour 2017.

4°) Le dernier point concerne la convergence des performances des moteurs. L’objectif fixé par la FIA est que les moteurs ne soient pas séparés par plus de 2% de performance à terme. Ce chiffre a été revu en 3 dixièmes sur un tour d’un circuit de référence pour les moteurs (probablement Monza). Le mécanisme pour y parvenir n’est pas encore connu et a certainement été l’objet de discussions tendues entre les 4 constructeurs.

A noter que dès 2017, la limite des 100 kilos d’essence autorisée par course devrait aussi être augmentée, de 5 à 10 kilos, pour permettre aux pilotes de ne plus avoir à économiser autant leur carburant en course, d’autant plus que les performances des monoplaces 2017 seront accrues.

expand_less