Logo
Favoris Ajouter aux favoris | Conditions d'utilisation du site | Contact  

Info F1

F1 - Stella compare le niveau d’Alonso face à Schumacher

Schumi est un peu au-dessus

F1


Miniboutik



Face à Michael Schumacher, Lewis Hamilton, Kimi Räikkönen, Jenson Button ou Sebastian Vettel, où se situe Fernando Alonso ? L’Espagnol est-il le meilleur de tous ces pilotes, grâce à sa constance, sa ténacité à et sa capacité à tirer le meilleur d’une voiture même quand elle n’est pas performante (comme chez Ferrari en 2012) ?

Toute comparaison est bien entendu périlleuse. Cependant Andrea Stella, directeur de la performance de McLaren, ingénieur de course de Fernando Alonso chez Ferrari entre 2010 et 2014, est l’un des mieux placés pour répondre à cette question – surtout quand on sait qu’il a aussi travaillé avec Michael Schumacher chez Ferrari.

Du point de vue de la personnalité tout d’abord, Fernando Alonso a longtemps été perçu comme un pilote égocentrique, pensant d’abord à lui-même avant de songer à l’équipe. Mais selon Andrea Stella, c’est une vue de l’esprit.

« Il peut avoir l’air rude, mais c’est une apparence. En F1, vous devez tout d’abord être humble et vous dire ‘Ce n’est pas assez, je dois progresser’. Et ensuite ‘Comment y arriver ?’. Et même si Fernando pouvait sembler avoir une personnalité difficile, c’était plus une apparence. C’est surtout parce qu’il est plongé dans une compétition. Quand il est au milieu d’un groupe d’ingénieurs, il devient très agréable. C’est le premier à dire ‘Comment puis-je m’améliorer ?’. »

« Être humble, reconnaître qu’il n’a pas encore atteint la perfection, c’est une de ses caractéristiques fortes. De l’extérieur, je comprends que ce ne soit peut-être pas perceptible. Mais au sein de l’équipe, oui, c’est un point assez développé chez lui. Avec les années, il a travaillé sur ses points faibles. »

Sur la piste, Fernando Alonso est aussi incontestablement une référence, poursuit Andrea Stella.

« Il est très complet. Vous avez du mal à trouver un point faible en termes de compétences de haut niveau. Sa préparation technique pour le pilotage… sa capacité à gérer une variété de situations… Son intelligence – pouvoir comprendre la situation quand il est dans la voiture ou non. »

« Son engagement aussi… C’est difficile pour lui d’accepter qu’il est plus lent qu’un autre. C’est un point fondamental de sa nature. Ce qui pourrait potentiellement avoir créé des problèmes, quand il n’était pas assez mature. »

« Pour gérer ce trait inné, vous devez vous développer en tant qu’humain et vous avez besoin de gens autour de vous pour vous aider à absorber de problème. J’ai vu cela chez Michael Schumacher. Il avait un entourage très solide. Dont en partie l’équipe. Mais Fernando avait d’autres moyens de contenir en lui son ambition d’être le meilleur. »

Andrea Stella placerait tout de même le Kaiser au-dessus du Taureau des Asturies, poursuit-il.

« Fernando a développé de très nombreuses qualités à un haut niveau, mais il n’est pas potentiellement le meilleur dans chacune d’entre-elles. Michael était potentiellement le meilleur pour certaines d’entre-elles, peut-être battu par Fernando dans certains autres domaines. Donc, sur un graphique de compétences, Michael serait plus comme une étoile, avec de gros pics, et Fernando comme un cercle parfait. »

« Michael était un attaquant. Il voyait les choses au-delà de leur limite et revenait à la limite. Fernando partait plus en-dessous de la limite pour l’atteindre. La capacité de Michael à contrôler l’arrière de la voiture et le survirage était juste incroyable. Mais parfois, ça devenait une de ses faiblesses. Parce qu’il conduisait une voiture avec tant de survirage en essais libres, qu’en qualifications, quand il fallait pousser 1 % de plus, il pouvait avoir trop de sous-virage, ou trop de dégradation des pneus arrière en course. »

« Fernando comprend mieux ses limites, et il est très bon pour comprendre ce qu’il apporte à la voiture et ce que la voiture lui apporte. Il peut ainsi très bien préparer la voiture pour la course. »

« Michel était très analytique et didactique. Nous passions beaucoup de temps à parler de la voiture. Fernando est plus concis. En trois mots dans le garage, il livre 95 % de son retour d’expérience. »

« Je ne veux pas créer un mythe en disant que Fernando est un magicien. C’est juste une affaire de préparation, pour développer un talent immense que vous avez. C’est comme jouer du violon. »


2 décembre 2018 - 18h13, par Alexandre Combralier 

Nouveau : postez vos commentaires sous l'article !



Bookmark and Share
Plus
Info précédente : Hamilton se crashe (légèrement) à moto à Jerez
Info suivante : Lawrence Stroll a vu en Force India une ’opportunité commerciale phénoménale’


F1
Photos - Essais F1 à Abu Dhabi - 27-28/11 (569 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Course (497 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Avant-course (372 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Samedi (749 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Vendredi (721 photos)
Photos - GP d’Abu Dhabi 2018 - Jeudi (278 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Course (548 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Avant-course (217 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Samedi (641 photos)
Photos - GP du Brésil 2018 - Vendredi (787 photos)
F1

F1
Vidéo - La dernière interview croisée entre Ricciardo et Verstappen
Vidéo - Au GP d’Abu Dhabi, l’heure est au bilan de la saison
Vidéo - Hamilton et Vettel échangent leurs casques
Vidéo - The Circuit a fait escale à Suzuka
Vidéo - Focus sur Valtteri Bottas
Vidéo - Les femmes et la Formule 1
Vidéo - Ricciardo effectue un Road Trip aux Etats-Unis avec la RB7
Vidéo - Silverstone : le cœur de la Formule 1 en Grande Bretagne
Vidéo - Le circuit Paul Ricard dévoilé dans le jeu F1 2018
Vidéo - L’épisode ’The Circuit’ spécial Grand Prix de France
F1

















F1
F1

F1
F1

WRC
WRC