Motorsport

Test de Forza Horizon 5 : On oublie tout sous le soleil de Mexico

La franchise de Microsoft revient sur Xbox et PC

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 novembre 2021 - 08:01
Test de Forza Horizon 5 : On oublie (...)

Au fil des ans, la franchise Forza Horizon est devenue une des références des jeux vidéo de course arcade, et le cinquième épisode de la saga était évidemment très attendu. Le quatrième avait apporté un système de saison comme principale nouveauté en 2018.

Après les Etats-Unis dans Forza Horizon, le Sud de la France et l’Italie dans Forza Horizon 2, l’Australie dans Forza Horizon 3 et la Grande-Bretagne dans Forza Horizon 4, c’est le Mexique qui sert de théâtre à cette nouvelle itération de la franchise, Forza Horizon 5, développée par Playground Games et Xbox Game Studios.

Le système de saison, qui permet au jeu de proposer de nouveaux défis hebdomadaires lorsqu’une nouvelle saison débute, revient après avoir été plébiscité par le public dans l’épisode précédent. Une des principales nouveautés de ce Forza Horizon 5 est une carte bien plus grande que les deux épisodes précédents.

Un très beau Mexique sur une carte immense

Là où les deux Forza Horizon précédents proposaient environ 70 km² de terrain de jeu, le Mexique qui est reproduit dans ce nouveau jeu dépasse les 100 km². La carte représente en effet le pays avec une côte ouest et une côte est, et ajoute surtout une verticalité exceptionnelle.

En effet, cette caractéristique est une des choses qui manquait aux Forza Horizon précédents, même si des DLC du 3 et du 4 avaient déjà proposé des dénivelés plus marqués. Mais ce n’était rien de comparable avec ce cinquième Forza, qui offre des canyons et un volcan pour donner du relief à sa carte.

Pour comprendre à quel point l’étendue est vaste, il faut faire les épreuves les plus grandes du titre, qui viennent clôturer chaque extension de festival. Celles qui font le tour de la carte en passant par ses quatre coin font environ 55 kilomètres de longueur !

Profitant d’un pays plus diversifié que la Grande-Bretagne de FH4, Playground Games a mis les moyens en œuvre pour nous offrir un environnement très varié. Zone désertique et aride, canyons aux roches rouges, plaine verte ou encore villes bariolées de couleur : tout est fait pour éviter d’avoir les mêmes paysages au fil des courses et aventures que l’on dispute dans le jeu.

Cependant, une impression de déjà-vu surgit parfois dans certaines parties de la carte. Certains circuits et environnements donnent ainsi l’impression d’avoir été parcourus et découverts dans les deux précédents opus de la franchise.

Une météo plus dynamique et une technique à la hauteur

Techniquement, Forza Horizon 5 flatte les rétines. Le jeu est très beau, avec des progrès sur les textures et la gestion de la lumière. S’il ne propose pas le Ray Tracing, hormis lors du ForzaVista dans le garage pour étudier sa voiture sous toutes les coutures, il propose des reflets plus vrais que nature.

Le ciel et les nuages gagnent en réalisme et deviennent mobiles pour la première fois dans un jeu de la franchise. La météo, quant à elle, est très dynamique, avec des tempêtes – de pluie et d’orage ou de sable – s’abattant très vite sur la carte. Et là encore, la réalisation technique de cette météo est redoutable.

Le volume des nuages de sable est impressionnant, et la visibilité réduite lorsque l’on traverse les tempêtes en question est très réaliste. Les orages et le vent offrent également de belles images grâce à la performance technique du jeu.

L’affichage se fait en 4K sur Xbox Series X et il est possible de choisir entre un mode qualité à 30 FPS ou un mode performance à 60 FPS. Dans ce dernier, la végétation est moins dense et les effets graphiques moins léchés, même si le rendu global reste plus que satisfaisant et l’animation très dynamique dans ce mode.

De nombreuses voitures et un beau catalogue de nouveautés

Un rendu qui est particulièrement réussi sur les voitures. Comme dans chacun des jeux de course de Playground Games, qu’il s’agisse des Forza Horizon ou des Forza Motorsport, la modélisation des voitures est très fidèle.

L’intérieur, comme l’extérieur, bénéficient d’une reproduction précise et d’une belle imitation des matériaux et couleurs officielles des constructeurs. De plus, il est possible de les personnaliser intégralement. Les voitures peuvent être améliorées par des pièces performance et réglées. Il est aussi possible de changer la peinture et d’ajouter des vinyles de décoration.

Dans ce cinquième épisode, elles sont toujours classées par cinq marqueurs de performance (vitesse, accélération, départ arrêté, tenue de route, freinage), auquel se rajoute une nouvelle caractéristique ’tout-terrain’. Celle-ci décrit le comportement des voitures hors des routes goudronnées.

Et comme dans tous les Forza, le nombre de voitures est énorme, avec près de 600 véhicules lors de la sortie. Parmi les nouveautés les plus intéressantes, on note l’arrivée de la Mercedes-AMG One, l’hypercar à moteur de F1, ou encore la Lotus Evija, une hypercar électrique de 2000 chevaux.

La McLaren GT fait aussi son apparition, tout comme la Porsche Taycan et d’autres modèles. D’autres viendront s’ajouter à cette liste via des packs en DLC, tandis que certains modèles seront à gagner lors des événements saisonniers.

Un mode histoire plus marqué et le retour des festivals

Les défis changent en effet chaque semaine en suivant les nouvelles saisons, qui évoluent chaque jeudi. Il y a une voiture à gagner par saison, et une voiture à gagner chaque "année".

Outre ce fonctionnement, introduit dans Forza Horizon 4, on retrouve également le système de développement du festival Horizon que l’on avait dans le troisième épisode, avec plusieurs antennes du festival à ouvrir en accomplissant des défis.

Et en plus de ces deux types d’épreuves, Forza Horizon 5 propose un mode histoire, inspiré des divers petits modes histoires que l’éditeur avait ajouté dans l’épisode précédent. Il s’agit pour chaque histoire d’une série de défis à réaliser avec une voiture spécifique, sur un thème donné.

De nombreux modes de jeu et défis pour une durée de vie colossale

Outre ces modes, on retrouve le multijoueur classique, les courses et championnats sur routes et sur chemins de terre, et le Forza Arcade Live. Ce mode remplace le Forzathon du précédent opus.

Il se présente sous la forme d’un événement spontané qui met à contribution plusieurs joueurs qui doivent réussir des objectifs communs via des mini-jeux. Il apparaît régulièrement sur la carte à un endroit donné qu’il faut rejoindre pour l’activer.

Il y a également de nombreuses quêtes annexes, tels les trésors de grange à trouver pour débloquer de vieux véhicules à restaurer, ou les . Un mode Tournée Horizon permet d’affronter des autres joueurs ou des Drivatars, ces IA inspirées du style de jeu d’autres joueurs.

Enfin, l’Eliminator fait son grand retour. Il s’agit d’un Battle Royale dans lequel 100 joueurs s’affrontent et doivent rejoindre des points donnés pour qu’il n’y ait qu’un vainqueur à la fin.

Le contenu est donc colossal et permet d’alterner assez d’activités pour prévoir de nombreuses heures sur le jeu. Les personnalisations du personnage ainsi que les nombreuses voitures à déverrouiller donneront également du temps de jeu.

En conclusion

Forza Horizon s’inscrit dans la lignée directe de ses prédécesseurs, et ce sera pour certaines personnes le plus gros reproche à faire au jeu. Le gameplay n’évolue pas énormément, la valeur sûre qu’il représente étant conservée par les développeurs.

Pour le reste, on peut saluer tant le contenu lui-même que son enveloppe, celle-ci étant la superbe technique du jeu. Comme les autres jeux de la franchise, Forza Horizon 5 exploite totalement les possibilités de son époque et les capacités des machines sur lesquelles il tourne.

Le test, effectué sur Xbox Series X, a laissé transparaître quelques bugs graphiques et disparitions de véhicules sur la carte, mais l’éditeur a promis que les bugs de ce type seraient corrigés avant la sortie le 9 novembre.

Pour le reste, il n’y avait rien à dire sur l’aspect visuel du titre. Le mode photo est particulièrement intéressant pour mettre à profit la réussite graphique qu’il représente.

Et globalement, évoluer dans un environnement aussi réussi ne sera qu’une raison supplémentaire d’arpenter les routes mexicaines pendant de nombreuses heures, sans forcément voir le temps passer ni prêter attention aux rares défauts du jeu. "On oublie tout, sous le soleil de Mexico", disait la chanson !

Points positifs :

  • De nombreux modes de jeu
  • Toujours au top techniquement
  • L’aspect arcade fonctionne toujours aussi bien
  • Un véritable jeu pour les amoureux de belles voitures
  • Une carte très vaste...

Points négatifs

  • ... mais qui donne parfois une impression de déjà-vu
  • Quelques bugs graphiques (amenés à disparaître)
  • Un gameplay similaire aux épisodes précédents

Forza Horizon 5
Playground Games / Xbox Studios
PC, Xbox Series X, Xbox Series S, Xbox One
Disponible dans le Game Pass ou à partir de 69,99 €
Sortie le 9 novembre 2021

Gaming

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less