Motorsport

Ypres : La bonne opération de Bouffier

Il prend la deuxième place du classement pilotes

Recherche

Par

26 juin 2011 - 11:45
Ypres : La bonne opération de Bouffier

La deuxième étape du Geko Ypres Rally a été semblable à la première, tout aussi fertile en incidents et faits de course, frappant bon nombre de favoris. Evitant tous les pièges, Bryan Bouffier conquiert le premier accessit et en profite pour se hisser à la deuxième place du Challenge « Pilotes ».

Après avoir vécu une mauvaise période, aux Canaries et en Corse, Bryan Bouffier, le vainqueur du Rallye Monte-Carlo 2011, poursuit, en compagnie de Xavier Panseri, sa marche en avant au Challenge IRC « Pilotes ». Sa deuxième seconde place consécutive, après celle conquise trois semaines plus tôt, en Ukraine, lui permet de revenir à la deuxième place au classement provisoire de l’IRC, à trois points seulement du nouveau leader, Freddy Loix.

« Franchement, c’est le meilleur résultat que je pouvais atteindre, pour ne pas dire qu’il dépasse mes espérances. Sur ses terres, Freddy est inaccessible. Terminer juste derrière lui, c’est une petite victoire ! »

« Les routes de campagne peuvent être vraiment difficiles en Belgique, surtout quand il pleut », s’exclame le pilote Peugeot France. « L’adhérence est faible, variable et il est facile de se faire piéger. Ici, il y a toujours une part de hasard ou de réussite dans le résultat. J’ai conduit du plus vite que je le pouvais, certes, mais en faisant tout pour éviter la faute. »

Le duo Bryan Bouffier-Xavier Panseri a décroché deux meilleurs temps en spéciale, ES11 et ES13, cette dernière marquée par un doublé des Peugeot avec Guy Wilks.

Jusqu’à la mi-course, la deuxième place semblait ne pas pouvoir échapper à Guy Wilks et Phil Pugh, fermement installés entre Loix et Bouffier.

« Au début de la dixième spéciale, j’ai senti un choc dans une corde, dans un virage à gauche. J’avais crevé et je me suis arrêté pour changer la roue avant gauche », raconte le pilote Peugeot UK auteur de 3 meilleurs temps au cours du rallye. « Une dizaine de kilomètres plus loin, c’était au tour de la roue avant droite de se dégonfler, sans raison apparente. Sans doute ai-je touché quelque chose, mais je n’ai rien senti… et je me suis arrêté pour remplacer la deuxième roue. »

Relégué en dixième position, Guy ne se décourage pas et entame une remontée qui le conduit jusqu’à la cinquième place finale malgré une troisième crevaison en fin de parcours.

« Ce n’est pas ce que j’étais venu chercher ici », avoue Wilks. « Pour garder une chance au Challenge, je dois absolument éviter les embûches lors des manches à venir. »

A la fin de la première étape, Pieter Tsjoen et Lara Vanneste pointaient au troisième rang. Le lendemain, ils ont logiquement été rattrapés par Bryan Bouffier, mais ils tenaient solidement la quatrième place avant d’abandonner.

« Entre deux spéciales, je me suis arrêté pour adapter les pressions de mes pneumatiques », sourit, dépité, le multiple champion de Belgique. « Ensuite, j’ai attendu qu’il soit l’heure de repartir en oubliant que j’avais immobilisé ma 207 devant un poteau de 50cm de haut. Assis au volant, je ne pouvais le voir. Quand j’ai redémarré, je l’ai heurté. Le choc a été faible, mais suffisant pour crever une durite d’eau du radiateur. Je ne pouvais aller plus loin. Par manque de connaissance de la voiture, je n’ai pu réparer alors qu’il s’agissait d’une intervention bénigne ! »

Quatre des huit 207 Super 2000 au départ sont à l’arrivée, dont une pilotée par un équipage belge 100% féminin composé de Mélissa Debackere et Cindy Cokelaere.

« Il faut reconnaître que nous passons à côté de notre objectif dans le cadre du Challenge Constructeurs puisque nous accusons désormais 24 points de retard sur notre adversaire », déclare Frédéric Bertrand, responsable du département Compétition Clients de Peugeot Sport. « Ce fut un rallye très éprouvant mais qui se solde par une super deuxième place pour Bryan et Xavier. Les prestations de nos autres représentants Peugeot ont été affectées par un nombre élevé de faits de course, de détails qui ont fini par prendre une importance démesurée. Le bouchon moteur de Bruno Magalhaès, la roue cassée de Thierry Neuville, les crevaisons de Guy Wilks et le retrait de Pieter Tsjoen ont empêché les Peugeot 207 S2000 de réussir la démonstration d’ensemble dont elles étaient, d’évidence, capables. »

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less