Motorsport

Sébastien Ogier champion du monde WRC 2013 !

Un titre le jeudi !

Recherche

Par Olivier Ferret

3 octobre 2013 - 19:07
Sébastien Ogier champion du monde (...)

En remportant la première spéciale du rallye de France-Alsace, Dani Sordo ajoute 3 unités à son compteur (sous réserve qu’il termine l’épreuve). Mais l’enjeu n’était pas là sur cette super spéciale de Strasbourg. En effet, avec ce scratch, Sordo offre indirectement le titre à Sébastien Ogier.

Ce dernier, devancé par Thierry Neuville, avait tout de même assuré son propre sacre, puisqu’il marque le point de la troisième place, le dernier point qui lui permet ce soir de succéder à Sébastien Loeb !

Retour sur la saison 2013 de Sébastien Ogier

En parallèle de sa participation à la quasi-totalité des rallyes du championnat du monde 2012 au volant de la Skoda, Sébastien Ogier double son emploi du temps avec un intense programme d’essais. Il passe l’année à développer la Volkswagen Polo R WRC, afin d’en préparer les débuts en WRC.

Présentée en grandes pompes à Monaco fin 2012, la voiture est prête à en découdre lorsque le Rallye Monte-Carlo ouvre la saison. Sébastien Ogier en décroche la deuxième place, malgré une voiture débutante et des conditions météorologiques difficiles. C’est un départ idéal étant donné que Sébastien Ogier devance tous les pilotes pouvant jouer le titre : vainqueur au Monte-Carlo, Sébastien Loeb ne disputera que quatre rallyes de la saison. Pour Ogier, cette deuxième place est synonyme de victoire, accueillie dans la joie et le soulagement tant elle affirme le niveau prometteur de la Polo.

La saison se poursuit avec le Rallye de Suède, terre de prédilection des pilotes nordiques. Sébastien Ogier y décroche pourtant une victoire pleine de maîtrise devant un Sébastien Loeb à l’attaque maximale. Ogier succède à l’Alsacien, qui avait remporté l’édition 2004, en devenant le deuxième pilote non nordique à s’imposer sur ce Rallye de Suède, depuis sa création dans les années 1950 ! En ajoutant à ce succès sa victoire sur la Power Stage (synonyme de trois points bonus), il prend pour la première fois la tête du championnat des pilotes avec déjà une large avance sur les autres prétendants au titre. Cette victoire est également la première d’une Volkswagen depuis 1987 !

Ce n’est que le début des succès. Au Rallye du Mexique, Sébastien Ogier remporte 16 spéciales sur 23 et signe un nouveau doublé course - Power Stage. Même succès au Rallye du Portugal, où il affiche une avance abyssale (+ de 3 minutes sur Mikko Hirvonen, 2e !). Cette victoire n’avait pourtant rien d’évident, Ogier ayant risqué le forfait à cause d’une angine virale puis frôlé l’abandon au matin de la dernière étape sous le coup d’un système de frein récalcitrant.

Au Rallye d’Argentine, le frein à main de la Polo reste capricieux et empêche Sébastien Ogier de se rattraper dans un tout-droit sur la boue. Il occupait alors la tête du rallye 16 secondes devant Sébastien Loeb qui attaquait fort. Il perd trop de temps pour rester en lice pour la victoire, laquelle revient donc à Loeb dont c’est l’une des rares piges de la saison. Ogier pense avant tout au titre et assure la deuxième place, loin devant ses adversaires pour le championnat.

La malchance s’abat à nouveau sur Sébastien Ogier au Rallye de l’Acropole. Ayant pourtant remporté la spéciale qualificative lui permettant de partir en dernière position sur ce rallye très cassant, il perd toutes chances de victoire dès l’ES1. Une crevaison puis un problème d’alimentation de la pompe à essence l’obligent à abandonner. Il repartira en Rally2 le samedi mais avec 10 minutes de pénalité qui ne lui permettront d’obtenir au final qu’une dixième place. En revanche, il réalise une très grosse performance lors de la Power Stage, ce qui lui permet de remporter les 3 points bonus en jeu. Le rallye est remporté par Jari-Matti Latvala démontrant une fois de plus les bonnes prédispositions de la nouvelle Polo R WRC. À l’issue de ce rallye, Ogier garde au classement une avance confortable d’environ 2 victoires sur son dauphin qui est maintenant son coéquipier Latvala.

Sébastien Ogier reprend sa marche en avant en remportant le Rallye de Sardaigne devant le surprenant Thierry Neuville et son coéquipier Jari-Matti Latvala. Pour la première fois de sa carrière, il aura dominé un rallye de la première à la dernière étape. À titre de comparaison, le recordman Sébastien Loeb a réussi cette prouesse à 19 reprises durant sa carrière. Sébastien Ogier a en outre remporté une nouvelle fois la Power Stage, ce qui lui permet de ramener 28 points d’Italie.. Avant la trêve estivale, Sébastien Ogier compte donc plus de 2 victoires d’avance sur son coéquipier Jari-Matti Latvala au championnat Pilotes.

Il poursuit sur sa lancée en remportant le Rallye de Finlande pour la première fois de sa carrière24. Malgré la blessure à la clavicule de son copilote Julien Ingrassia et un début de rallye poussif (il avoue notamment s’ennuyer lors de la première journée à cause de liaisons interminables), il prend la mesure de ses adversaires lors des deux journées suivantes, comportant des spéciales plus classiques. Il remporte plus de la moitié des temps scratches dont la célèbre spéciale Ouninpohja sur laquelle il bat d’ailleurs le record détenu précédemment par Mikko Hirvonen. Malgré un excellent rallye de Thierry Neuville qui monte pour la troisième fois d’affilée sur le podium, Sébastien Ogier remporte aisément le rallye avec en outre 2 points bonus sur la Power Stage. Etant donné les nouveaux échecs de Jari-Matti Latvala et de Mikko Hirvonen finissant respectivement 17ème et 4ème, Ogier porte son avance à 90 points sur ses dauphins du classement provisoire que sont Jari-Matti Latvala et Thierry Neuville. Il possède donc plus de 3 victoires d’avance alors qu’il ne reste que 5 rallyes à disputer.

Au Rallye d’Allemagne, Sébastien Ogier peut déjà mathématiquement être sacré champion du monde des rallyes, toutefois il n’en fait pas son objectif tant ses chances sont infimes. Il veut néanmoins briller sur les terres de Volkswagen et réalise les meilleurs temps du jeudi. Sa course en avant est stoppée dès le lendemain matin : Ogier casse sa suspension avant-gauche en manquant un point de freinage. Reparti samedi matin après avoir écopé d’une lourde pénalité, il remonte de la 47e à la 17e position au classement général et remporte une nouvelle fois les 3 points bonus de la Power Stage. Compte tenu de la 2e place de Thierry Neuville et du faux-pas de Jari-Matti Latvala qui termine 7e, Sébastien Ogier se rapproche du titre. Il jouera sa deuxième balle de match sur le Rallye d’Australie.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less