Motorsport

Problème de freins confirmé pour Neuville

Il n’y est pour rien dans sa sortie

Recherche

Par Olivier Ferret

26 janvier 2011 - 10:02
Problème de freins confirmé pour (...)

Quarante-cinq kilomètres de parcours de liaison, de Valence jusqu’au village de Moulinon, puis à peine plus de 34km chronométrés, telle aura été la durée totale de la prestation de Thierry Neuville au Rallye Monte-Carlo.

"La première spéciale se terminait par une quinzaine de kilomètres d’une descente ininterrompue. La route était très sale, couverte de gravillons répandus sur le revêtement par le passage des premiers concurrents. A moins de 3km de l’arrivée, on devait franchir un petit pont avec parapet, précédé par un virage serré. On arrivait assez vite. Quand j’ai sauté sur la pédale du milieu, les freins n’ont pas répondu et la pédale s’est enfoncée au plancher. L’auto a sous-viré. Je me suis retrouvé dans les gravillons. Pour m’en sortir, j’ai tiré le frein à main, mais lui aussi a réagi avec retard. Quand l’auto a pivoté, il était trop tard : le flanc a frappé le parapet et les attaches des deux roues droites ont cédé. J’ai tenté de continué au ralenti. En vain. C’était fini," déclarait Neuville après son abandon.

C’est peu dire que Thierry était déçu. " J’avais écouté les consignes de prudence. Je ne conduisais pas trop vite. Auparavant, je ne me suis pas fait une seule « chaleur ». Les chronos intermédiaires montrent que j’étais loin de mes limites. Mon intention était de « prendre mes marques » dans les premières spéciales, puis, si je me sentais à l’aise, d’augmenter progressivement le rythme. Je n’ai pas eu la possibilité de mettre en oeuvre ma stratégie. C’est bien pire qu’être déçu : je suis désespéré."

Moins jeune, et ayant une expérience beaucoup plus grande de cette discipline, belle mais parfois ingrate, qu’est le rallye, Marc Van Dalen, team manager de l’équipe Peugeot Belgique-Luxembourg, tentait de relativiser les choses. "Le métier entre parfois d’une façon brutale. Quand la voiture sera de retour au parc, nous examinerons toutes les pièces, nous analyserons toutes les acquisitions de données et nous ferons tout pour comprendre ce qui s’est passé."

Quelques jours se sont maintenant écoulés et le verdict est tombé : Neuville a bien été victime d’une casse d’un disque de freins à l’avant. C’est ce qui a été constaté par Kronos lors du démontage de la voiture dans ses ateliers. Marc Van Dalen a donc mis son pilote hors de cause.

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less