Motorsport

Les évolutions de la Toyota TS030 Spec 2013

La ligne globale de la voiture demeure inchangée

Recherche

Par

2 mai 2013 - 18:03
Les évolutions de la Toyota TS030 (...)

Il y a quelques semaines, Toyota avait présenté l’avant de sa TS030 Spec 2013. La partie terminale de la voiture restait alors aux spécifications 2012 et Pascal Vasselon avait prévenu : A Spa, nous disposerons d’un nouvel arrière très évolué. Les photos de cette partie arrière de la voiture ont été dévoilées à quelques jours du départ pour le toboggan des Ardennes. Et si le postérieur a effectivement bien évolué, on ne peut toutefois pas dire que l’on soit immensément surpris à la vue des clichés.

Tout d’abord, la ligne globale de la voiture demeure inchangée malgré les nouveautés. Ensuite, la plupart des solutions retenues, même si elles ont bien évolué, nous les connaissions déjà. Et Audi avait suivi, pour nombre d’entre elles, des chemins très semblables avec sa R18 que l’on voudrait nous faire prendre pour une « Long Tail »... Avec la TS030 Spec 2013, voici donc une nouveauté qui a un petit goût de déjà-vu. Mais cela ne signifie aucunement qu’il n’y ait eu, de la part de TMG, beaucoup de travail de développement. N’oublions pas que dès sa première participation au Mans et au WEC, la TS030 a fait montre d’un niveau de performance bluffant, le concept était donc bien né. On ne devait donc pas s’attendre à une révolution mais bien à une évolution.

Alors venons-en à ces différences (visibles) entre la version Le Mans 2012 et cette Spec 2013 qui, au vu des images, semble être elle aussi, une version Le Mans. L’évolution qui « saute aux yeux » est, comme dans le cas de l’Audi 2013, la descente de quelques centimètres, de l’aileron arrière. Là encore, cela a été rendu possible par le maintien probable, même au Mans, des deux petits ailerons latéraux. Malgré les inévitables perturbations aérodynamiques qu’engendrent de tels appendices, ils recueillent désormais les suffrages des ingénieurs. Tout cela est une affaire de compromis entre trainée et appuis...

Et des appuis, il se pourrait que TMG en ait récupéré un peu plus bas avec les superbes petites ouïes situées dans le sabot arrière. Leur rôle est probablement de récupérer un peu d’air provenant des côtés de la voiture et de le réinjecter dans le flux débouchant à l’arrière au-dessus du sabot. Voilà le genre de petits détails aéros que l’on est plus habitué à voir en Formule 1 qu’en endurance. Ces trois petites ouïes alimentent d’ailleurs une sortie d’air derrière les roues qui a légèrement évolué dans ses formes par rapport à l’an passé.

Bref, TMG a soigné les appuis « gratuits » en trainée ou tout au moins en maitre-couple (ou surface frontale de la voiture) partout où cela était possible, afin de pouvoir baisser l’aileron principal. Si cette descente de l’aileron ne doit pas diminuer directement le maitre-couple puisque l’aile semble être, en tout point, située au-dessus du sommet des ailes AV ou AR, elle permet peut-être, en se rapprochant du bord de fuite du diffuseur d’améliorer le rendement de celui-ci. Et par là-même d’améliorer la finesse de l’auto sans dégrader les appuis. Au vu des images, et avec toutes les réserves que cela implique, il ne semble pas que l’aileron principal soit significativement plus effacé ou moins agressif que celui de l’an passé.

On peut également interpréter tout cela en se disant que TMG, en optimisant son V8 et son système hybride, a pu se permettre d’emmener plus d’appuis que l’an passé sans trop perdre en VMax grâce à un apport de chevaux supplémentaires...

Autre évolution légère, on devine la disparition d’une ouverture d’évacuation d’air derrière la roue avant. Est-ce là la conséquence de l’agrandissement réglementaire des trous de mise à l’air libre au-dessus des roues ? Ultime détail perceptible, la vitre latérale côté droit est équipée d’une généreuse prise d’air probablement destinée à rafraichir le cockpit et donc le pilote.

Toutes ces petites évolutions sont finalement bien moins marquantes, visuellement parlant, que celles que l’on avait découvert sur l’avant de la voiture au mois de février. Mais elles trahissent un véritable travail de raffinement et de recherche dans le détail dont on pourra juger du bien-fondé très prochainement sur la piste...

Laurent Chauveau

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less