Motorsport

Henri Pescarolo : "Continuons le combat !"

La différence de performance se situera bien au delà des 2% recherchés

Recherche

Par Olivier Ferret

21 mai 2011 - 09:21
Henri Pescarolo : "Continuons le (...)

Henri Pescarolo était hier dans une librairie mancelle à l’occasion de la conférence de presse donnée à l’occasion de la sortie du livre "Pescarolo, retour en piste" (Editions Libra Diffusio) , écrit par Bruno Palmet, responsable de la rubrique sportive au quotidien local "Le Maine Libre", et co-signé par le photographe David Piolé.

Ce livre est consacré à la renaissance de l’écurie sarthoise avec la collaboration du photographe Dominique Breugnot. Nous avions déjà évoqué cet ouvrage ici et les fans de Henri Pescarolo ainsi que les passionnés de sport automobile y trouveront leur compte.

De nombreux supporters assistaient à cette conférence de presse et Henri Pescarolo a répondu volontiers à leurs questions. Nous avons profité de sa présence pour lui demander son sentiment à propos des derniers ajustements techniques publiés par l’ACO. Le Pescarolo Team Autovision a opté en vue des prochaines 24 Heures pour des brides plus larges de 0,5mm, la Pescarolo n°16 étant à la limite des 900 kg sans avoir besoin de lest.

Henri, que penses-tu de ces réajustements ?

"Avant de rentrer dans le détail de la mesure qui vient d’être prise par l’ACO concernant les équivalences, il faut se réjouir que l’on commence à se rendre compte qu’il faudrait réellement trouver un équilibre raisonnable entre les différentes motorisations admises aux 24 heures du Mans, Diesel, essence, hybride, électrique ou autres, pour garantir un spectacle sportif équitable.

Dans le même temps il faut regretter que le règlement sportif stipulait dans son article 1.3 qu’en cas de réajustement des équivalences l’ACO n’interviendrait que sur les voitures les plus lentes ! Ce qui revenait à dire que l’on s’interdisait d’intervenir sur les Audi et les Peugeot ! Surprenant alors que seules ces deux marques se situaient en dessous de des 3’30" au tour, limite voulue par l’ACO. On va donc augmenter les brides des moteurs essence à 15 Jours du Mans, ce qui ne va pas vraiment dans le sens de la fiabilité et des économies d’énergie. Au contraire diminuer la pression de turbo et les brides des diesel, mesure qui s’imposait, ne remettait pas en cause la légendaire fiabilité des diesels, bien au contraire.

Nous avons calculé ce qui va changer avec les mesures annoncées, en prenant l’exemple de notre Pescarolo Judd, moteur 5 litres face aux diesel :

 Augmentation de puissance du moteur Judd avec les brides qui passent de 30.3 à 30.8 : 18 chevaux soit 0,9 seconde au tour.
 Temps gagné au ravitaillement essence avec le restricteur de 38 : 10 secondes. Sur un relais de 12 tour cela représente 0.83 seconde au tour.
 Temps perdu par les voitures diesel pour ravitailler:environ 10 secondes soit 0,8 seconde au tour par relais.
 Le bilan : la Pescarolo Judd gagne à peu près 1.8 seconde au tour
 Les diesel perdent 0.8 seconde au tour.
 Au final la mesure prise par l’ACO comble le trou de 10 secondes au tour, constaté au préliminaires, de 2,5 secondes.
 La différence de performance se situera bien au delà des 2% recherchés, on sera aux alentours de 3,6 % sur l’ensemble des 24 heures.
 La course rendra son verdict. On va dans le bon sens, mais comme diraient nos "camarades" continuons le combat !"

François Sicard, le Directeur Général de OAK Racing, assistait également à la conférence. Il nous a révélé que OAK Racing avait choisi le panachage pour les OAK Pescarolo Judd LMP1 : des brides plus larges de 0,3mm et un poids ramené à 890 kg, une augmentation de la largeur des brides de 0,5mm ayant peut-être entraîné des soucis de fiabilité sur la durée des 24 Heures.

François nous a également annoncé que les quatre OAK Pescarolo seront très probablement au départ le 11 juin prochain. A la suite des accidents de la OAK Pescarolo n°15 et de la n°24, la charge de travail a été bien évidemment alourdie, mais le team s’est organisé en conséquence. La coque de la voiture dans laquelle Matthieu Lahaye a été accidentée à Spa est hors d’usage, et OAK Racing a dû la changer.

François Sicard et OAK Racing ont eux aussi fait leurs calculs à propos des équivalences et ils aboutissent à peu près aux mêmes résultats que Henri Pescarolo.

Nous remercions Henri Pescarolo et François Sicard.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less