Formule 1

Vettel assure que ’la priorité était de survivre’ en revenant en piste

Une situation bien involontaire face à Hamilton

Recherche

Par Olivier Ferret

10 juin 2019 - 10:21
Vettel assure que 'la priorité était (...)

Sebastian Vettel a eu plusieurs fois l’occasion de revenir sur son erreur en course au Canada, qui a été à l’origine de la pénalité qu’il a reçue par la suite, en étant revenu devant Lewis Hamilton sur la piste. Le pilote Ferrari explique qu’il a fait ce qu’il a pu pour éviter un accident et que cela ajoute à sa déception d’avoir perdu la victoire sur tapis vert.

"J’ai perdu l’arrière de la voiture, donc il n’y avait rien de volontaire à passer à travers l’herbe en ne sachant pas où et comment je reviendrais en piste" assure Vettel. "Je pense qu’il est assez clair que j’étais à la limite. J’attaquais fort durant toute la course. Je suis passé dans l’herbe et il est bien connu qu’elle n’offre pas d’adhérence. Je suis revenu en piste en essayant juste de garder le contrôle, et quand ça a été le cas, j’ai regardé dans mes rétros et j’ai vu Lewis."

"Nous avons eu après les qualifications l’euphorie et l’enthousiasme d’une grande journée. Je ressens, d’une certaine façon, la même chose après la course. Je pense que nous avons fait une belle course, l’équipe a fait une course fantastique et, oui, évidemment, je ne suis pas satisfait de la décision prise par les commissaires. Je pense que vous pouvez le comprendre."

"C’est un peu bizarre de ne pas avoir gagné la course même en ayant franchi la ligne d’arrivée en premier. Et comme je l’ai dit, je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit de mal. Je ne pense pas que j’aurais pu faire autre chose. Je ne sais pas, en fait, quel était le problème. Alors je n’ai pas grand-chose de plus à dire, de mon point de vue."

Interrogé sur sa conscience de la position de Hamilton lorsqu’il a repris la piste, l’Allemand assure qu’il n’aurait pas pu le voir.

"Non ! Comment ? J’ai deux mains et elles étaient su le volant, à essayer de garder le contrôle de la voiture. Nous sommes multi-tâches, au volant, mais s’il faut piloter et rattraper la voiture en revenant de l’herbe, à une main, en enlevant un tear-off et en appelant l’équipe à la radio en même temps, je ne suis pas qualifié, je ne sais pas faire. Comme je l’ai dit, j’étais occupé à tenter de garder le contrôle."

Les décisions, dans ce genre de situation, sont prises en une fraction de seconde. C’est ce que rappelle le pilote Ferrari.

"On perd la voiture, on ne fait rien de manière volontaire car l’issue est imprévisible. Une fois que je l’ai rattrapée, j’ai compris que je ne pourrais pas rester en piste, j’ai ralenti et je suis passé dans l’herbe prudemment, en perdant du temps."

"J’ai réussi à revenir en piste avec des pneus sales et quand j’ai à peu près repris le contrôle, j’ai simplement regardé mes rétros pour y voir Lewis. C’est ce qui est arrivé. Je ne suis pas le premier gars dans le monde du sport automobile à faire une erreur en entrée de virage et à devoir rattraper la voiture dans l’herbe, le gravier ou autre."

Néanmoins, il insiste sur le fait qu’il a perdu beaucoup de temps dans la manœuvre en gardant le contrôle de la voiture, et qu’il n’a pas tout fait pour ressortir devant Hamilton.

"J’ai lâché l’accélérateur, évidemment, j’ai perdu du temps. Je ne pense pas avoir été plus rapide comme ça, et je pense que vous serez d’accord. J’étais occupé à garder le contrôle et je n’ai pas écrasé l’accélérateur et si je l’avais fait j’aurais percuté le mur. La priorité était de survivre."

Ferrari

expand_less