Formule 1

Verstappen a ‘annihilé’ Gasly et Albon chez Red Bull selon Button

Il défend aussi la position de Lance Stroll

Recherche

Par Alexandre C.

25 août 2020 - 16:26
Verstappen a ‘annihilé’ Gasly et Albon (...)

Cette saison encore, Max Verstappen domine outrageusement son coéquipier chez Red Bull. Il ne fait ainsi pas bon être deuxième pilote dans cette écurie, que l’on s’appelle Alexander Albon ou Pierre Gasly.

Dans sa carrière, Jenson Button a eu à affronter des coéquipiers coriaces, comme Lewis Hamilton ou Fernando Alonso chez McLaren. Mais ce que vivent Alexander Albon et Pierre Gasly est sans commune mesure, selon le champion du monde 2009, qui utilise des mots forts pour évoquer le différentiel entre les pilotes à Milton Keynes…

« Si vous le comparez à ses coéquipiers des deux dernières années, il les a juste annihilés. »

« Je n’ai pas vu cela en sport automobile depuis très longtemps, probablement à l’époque d’Ayrton Senna, et de Michael Schumacher. Je ne pense pas qu’il y ait eu un seul pilote qui ait anéanti son coéquipier comme il l’a fait depuis très longtemps. »

Le problème, c’est que Max Verstappen ne peut pas vraiment compter sur son coéquipier en course pour lutter, stratégiquement, face aux Mercedes. Jenson Button le regrette amèrement. Et la Red Bull n’est pas non plus tout à fait au niveau.

« Il fait un travail exceptionnel. J’aimerais le voir affronter Lewis [Hamilton] dans un combat pour le championnat. Ces deux-là, au sommet de leur art, c’est ce que nous voulons tous voir. Est-ce que cela va se produire un jour ? Je ne sais pas. »

« C’est dur pour Max, parce que maintenant il n’a pas de coéquipier compétitif. Il est tout seul. Il n’est probablement pas capable de progresser autant parce que son coéquipier n’est pas là où il est, en termes de rythme. »

« Quand votre coéquipier est à une demi-seconde de vous, ce qui est normalement le cas d’Albon, vous n’avez pas tendance à écouter les changements qu’il fait et son travail de préparation. Vous êtes en fait une équipe à une voiture. C’est plus difficile. »

« Max regarde la Mercedes, et je pense que ça le frustre. Silverstone était génial, quel résultat, mais à Barcelone, on peut entendre la frustration dans sa voix à la radio. Il ne peut tout simplement pas les défier, parce qu’il n’a pas la voiture pour. C’est dur pour lui, mais il doit faire de son mieux avec la voiture qu’il a. »

S’il s’avère assez rude pour Alexander Albon et Pierre Gasly, Jenson Button est en revanche plus conciliant pour Lance Stroll. Le fils de Lawrence a une situation à la fois facile à vivre et compliquée, puisqu’il pâtit d’une réputation de "fils à papa" chez Racing Point.

Pour Jenson Button, cette situation présente plus d’inconvénients que d’avantage... et Lance Stroll ne mérite pas le sort qui lui est fait.

« J’ai beaucoup de peine pour Lance, car ce n’est pas une position facile à avoir. »

« Il sait ce que les gens pensent de lui - c’est un pilote béni, parce que son père lui a pratiquement acheté une équipe. D’une certaine manière, on peut dire qu’il a de la chance, mais je ne pense pas qu’il ait de la chance du tout. »

« J’ai de la compassion pour lui, parce qu’il subit tellement de pression, et tout le monde pense qu’il est en Formule 1 à cause de son père. »

« Mais il a réussi - il a tout gagné sur le chemin de la Formule 1, il a obtenu des résultats et des courses fantastiques, à Barcelone il a terminé quatrième, il a battu Checo, il a fait un excellent travail, et il l’a fait de nombreuses fois. »

« Je ne sais pas s’il s’amuse ou non, c’est très difficile à dire avec Lance, mais il mérite à 100 % d’être en Formule 1. A-t-il eu plus d’opportunités que les autres ? Oui, mais je pense que cela lui a mis plus de pression, donc c’est fair-play pour lui. »

Jenson Button n’est pas très tendre avec son ancien coéquipier chez McLaren en 2013, Sergio Pérez...

« Quand nous étions coéquipiers, il n’était pas le plus régulier. Je ne sais pas s’il a compris pourquoi il était si rapide. Mais d’autres circuits qui ne convenaient pas à son style lui ont vraiment fait mal, comme Shanghai, où il est limité par l’avant de sa voiture. »

« Il avait un style de pilotage très inhabituel qui convenait à certains circuits. Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais il est extrêmement rapide, un vrai battant, il a grandi en tant que pilote, il a confiance en ses capacités, il comprend le tableau d’ensemble, c’est une longue saison. »

« Nous avons vu qu’en Autriche, lors de quelques dépassements qu’il a subis, il a abandonné assez rapidement mais je pense que c’était la bonne chose à faire. Il pense aux points. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less