Formule 1

Vasseur : Sans Alfa Romeo, Sauber n’aurait pu attirer Bottas

Et si Alfa Romeo était pour Bottas ce que fut Mercedes pour Hamilton ?

Recherche

Par Alexandre C.

20 septembre 2021 - 18:15
Vasseur : Sans Alfa Romeo, Sauber (...)

Alfa Romeo a vite trouvé le remplaçant de Kimi Räikkönen, qui partira à la retraite à partir de l’an prochain : ce sera toujours un Finlandais, en la personne de Valtteri Bottas, lui-même remplacé par George Russell chez Mercedes.

Encore fallait-il néanmoins qu’Alfa Romeo se montre attractive pour Valtteri Bottas : car passer d’une équipe multiple championne du monde, à une écurie qui est battue pour le moment par Williams au classement des constructeurs, n’avait rien d’une évidence pour Frédéric Vasseur.

Le directeur d’écurie - outre le fait qu’il avait un des rares baquets restants en F1 – a dû alors redoubler d’arguments pour convaincre Valtteri. Et dans sa besace, il y avait l’annonce de la prolongation du partenariat entre Sauber et Alfa Romeo, qui donne une vraie assise à Hinwil. Visiblement, Alfa Romeo est donc bien plus qu’un sponsor-titre pour Sauber, mais aussi le gage d’une certaine crédibilité.

« Je suis convaincu que sans Alfa Romeo, il aurait été très difficile d’attirer Valtteri. »

« C’est presque la même philosophie, parce qu’Alfa et Valtteri veulent être à bord si nous avons une image claire de l’avenir, de ce que nous voulons faire, de ce que nous voulons réaliser, et nous devons les convaincre que le projet est bon. »

« Pour Alfa, il était important d’avoir la possibilité d’attirer de bons pilotes et pour Valtteri, il était très important d’avoir Alfa à bord. Ce genre de relation, c’est que nous nous faisons mutuellement confiance. »

« Et il sait que lorsque je lui dis que nous aurons ce genre de budgets, il peut me faire confiance. »

C’est donc sur une relation de vérité que s’est fondé le partenariat entre Valtteri Bottas et Alfa Romeo (Vasseur avait d’ailleurs travaillé avec Bottas chez ART)...

La même méthode de transparence directe qu’avait du reste employée Frédéric Vasseur avec Kimi Räikkönen.

« Nous pouvons aller directement à l’essentiel. Nous avons une confiance mutuelle basée sur le passé. Et il sait que je ne vais pas lui raconter de conneries. Cela a été une bonne aide dans la discussion. »

Et Frédéric Vasseur d’oser même une comparaison osée entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. En 2013, tout le monde critiquait le choix fait par le Britannique de quitter McLaren pour Mercedes, avec le destin qu’on connaissait ; et si Bottas, qui semble aujourd’hui avoir fait un recul dans la hiérarchie, avait fait un choix d’une pertinence similaire ?

« Je ne compare pas l’équipe avec Mercedes, mais la philosophie est analogue : choisir une équipe que les autres n’aiment pas parce que vous avez vu quelque chose en elle qui vous plaît. »

« Lewis est incroyablement rapide... Il est le meilleur pilote de la dernière... je ne sais pas, peut-être le meilleur pilote ! Mais probablement la meilleure décision qu’il a prise est quand il a quitté McLaren [pour 2013]. Et à ce stade, tout le monde lui criait dessus. Qu’est-ce qu’il fait ? Il est dans la meilleure équipe. Mercedes est en difficulté. »

« Parfois, c’est juste que les pilotes ont besoin d’avoir une sorte de vision de ce qu’ils veulent faire et de ce qu’ils veulent réaliser. Pour Lewis, c’est probablement la meilleure décision qu’il ait prise. »

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less