Formule 1

Stroll revient sur sa réputation de ‘fils à papa’ : ‘Il y aura toujours cette négativité’

Il a déjà répondu sur la piste

Recherche

Par Alexandre C.

21 septembre 2020 - 12:37
Stroll revient sur sa réputation de (...)

Depuis le début de sa carrière, et malgré son titre en F3, ses deux podiums en F1, Lance Stroll est affublé d’une réputation de « fils à papa ». Il est vrai que Lawrence Stroll a sécurisé la place de son fils en catégories junior, et a investi dans Williams puis dans Force India-Racing Point.

Lance Stroll ne cherche pas à combattre plus que de raison ces rumeurs : il se contente de les ignorer et de répondre sur la piste.

« Je pense que c’est juste comme ça. J’en suis arrivé à cette conclusion il y a déjà longtemps. »

« Tout le monde a son opinion. Je ne fais que répondre sur la piste et j’essaie de rester dans ma petite bulle et de bloquer la négativité et le bruit extérieur. »

« Quand vous réussissez quelque chose, vous essayez de poursuivre vos rêves, il y a des gens dans ce monde qui, s’ils traversent des frustrations et qu’ils sont envieux sous quelque forme que ce soit, essaient de vous tirer vers le bas avec eux et c’est le monde dans lequel nous vivons. »

« Donc il y aura toujours du bruit extérieur, il y aura toujours de la négativité. J’essaie juste de rester positif et d’écouter les gens qui sont proches de moi. C’est tout ce qui compte. On ne peut pas plaire à tout le monde, on ne peut pas être le meilleur ami de tout le monde dans ce monde, ça ne marche pas comme ça. »

« J’ai réalisé très tôt, au cours de ma première année, que chaque fois que j’allais mal, je ferais une erreur, les gens me dénigreraient et me détruiraient dans les médias. »

Pire encore, cette réputation a des répercussions dans la vie privée et notamment amicale du Canadien...

« Et dans la vie aussi, les amis et tout ça - pas vraiment des amis, mais des gens que je connaissais - quand j’allais bien, beaucoup de gens étaient mes meilleurs amis. Des amis à moi dont je n’étais pas vraiment proche, tout d’un coup tu t’en sortais bien et ils devenaient ton meilleur ami. »

« De même, sur les médias sociaux, quand je réussissais, tout se passait en silence. Toute la haine et tout le bruit disparaîtraient. Et puis quand je fais mal à nouveau, tout revient, tout recommence. »

« J’ai donc vu ce schéma très tôt. Et pour être honnête, il faut en rire, parce que si on n’en rit pas, on a envie de pleurer. Alors j’essaie de prendre ça à la légère pour être honnête. »

Titré en F3, mais aussi en F4 italienne, Lance Stroll estime avoir déjà assez prouvé qu’il avait mérité sa place en F1 - et pas seulement grâce à ses gros budgets.

« Il fallait que je gagne ces championnats. C’est pourquoi il y a les points de super licence en place - les 40 points que vous devez obtenir en remportant certains championnats pour obtenir les points nécessaires pour participer à la Formule 1 - sinon il y aurait beaucoup de gens sans talent qui pourraient juste acheter leur place et ils feraient des performances peut-être horribles. »

« J’aime à penser que j’ai fait mes preuves jusqu’à la Formule 1 et en Formule 1 dans une certaine mesure. Je sais que j’ai eu mes mauvaises années en Formule 1 et que j’ai eu mes difficultés. Mais en même temps, il y a eu beaucoup de moments forts, à mes yeux, tout au long de ma carrière en Formule 1 et je veux continuer à aller de l’avant pour que mon regard soit tourné vers l’avenir. »

Racing Point F1 - Aston Martin F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less