Schumacher craint que le marsouinage affecte la fiabilité

Il se félicite d’une journée positive pour Haas F1

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 février 2022 - 20:09
Schumacher craint que le marsouinage

Mick Schumacher a enfin pu effectuer une demi-journée correcte au volant, à l’occasion de la deuxième journée d’essais hivernaux de Barcelone. Le pilote Haas F1 a déroulé 66 tours du circuit catalan, soit le double de ce qu’avait fait son équipe sur la journée hier, permettant de récolter enfin de précieuses données.

"Oui totalement, on n’a fait qu’une trentaine de tours hier pour l’équipe, et en avoir déjà plus de 60 aujourd’hui est un grand pas en avant. On apprend à chaque tour et ça va dans le bon sens" a déclaré l’Allemand.

"Oui, je peux dire que l’on se sent de plus en plus à l’aise, on devra trouver des choses mais le pilotage est la meilleure façon de le faire. Tant que l’on est en piste, tout va bien."

"Le feeling n’est pas mauvais, il est plutôt positif pour moi je l’aime bien, et je n’ai aucune raison de penser autrement car c’est comme ça que l’on pilotera. On fera du mieux avec ce qu’on a, on essaiera de trouver des points d’appui ici et là pour être très compétitifs."

Un des phénomènes problématiques rencontrés par les équipes est celui du marsouinage, une perturbation liée à l’effet de sol. Schumacher a ressenti cela et craint surtout pour la fiabilité des monoplaces.

"Ce n’est pas le plus confortable, mais je pense que pour l’instant ça va être une tendance. On va devoir comprendre comment s’en débarrasser et faire en sorte que la voiture ne rebondisse pas autant en course pour ne pas avoir de problème de fiabilité."

Il a enfin pu tester de manière plus importante les nouveautés de cette VF-22 répondant au tout nouveau règlement, mais ne la compare pas avec sa prédécesseur : "On doit s’y adapter, s’habituer au feeling de la voiture. Mais globalement je ne veux pas trop penser à l’ancienne voiture car nous n’y reviendrons pas."

Il n’a également pas encore eu l’occasion de ressentir les progrès en matière de roulage dans un peloton, qu’il a juste testé : "Oui mais malheureusement c’était hier, et hier je voulais surtout penser à piloter plutôt qu’analyser ce qui se passait, donc je suis resté à ma place et j’ai voulu faire mes tours pour que l’on ait des données."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos