Sainz interroge la FIA sur le refus de placer un TecPro à Miami

Il accuse la F1 de ne pas assez écouter les pilotes

Recherche

Par Emmanuel Touzot

19 mai 2022 - 18:35
Sainz interroge la FIA sur le refus (...)

Carlos Sainz pense être remis de son accident de Miami, lorsqu’il avait percuté le mur en béton au virage 14 en EL2. Le pilote Ferrari attend toutefois d’avoir repris le volant d’une F1 pour en être sûr, et en parallèle, il fait une demande à la FIA.

L’Espagnol ne comprend pas pourquoi il n’a pas été écouté quand, le vendredi soir du Grand Prix de Miami de F1, il a soulevé le besoin de placer une barrière TecPro à l’endroit où il a eu son accident.

"Cette semaine, je me suis entraîné à la maison" a déclaré Sainz. "J’ai essayé de me remettre du léger nœud que j’ai dans le cou depuis l’accident de Miami pour arriver ici pleinement préparé. Le nœud ne devrait plus être là."

Mais on ne sait jamais, tant qu’on ne met pas 5G de force dessus, comme je prévois de le faire demain. Je me sens rétabli, mais on ne sait jamais avant de sauter dans une Formule 1. Je m’attends à ce que ça aille bien. Je me suis entraîné et tout s’est bien passé."

"Je pense que c’était assez clair. J’ai été très clair à ce sujet le vendredi soir. J’ai dit que j’ai eu un accident, que j’étais à une vitesse très basse et que ça a fait mal. J’ai dit que ça n’aurait pas dû faire mal, comparé aux autres accidents que j’ai eu dans ma carrière, et qu’il fallait faire quelque chose dans ce virage."

Alors que Fernando Alonso a récemment pointé "l’inquiétude" des pilotes face à la direction de course, Sainz en dit davantage de manière indirecte. Il accuse à demi-mot la direction de course, menée par Niels Wittich, d’avoir coûté un gros accident à Esteban Ocon, et un châssis à Alpine F1.

"La réponse a été ’c’était un accident très bizarre. Cela ne devrait pas se reproduire’. Et ça s’est reproduit. De ce que je sais, il y avait du TecPro disponible pour en ajouter à cet endroit, et rien ne s’est passé."

"Nous avons donc besoin d’une explication pour savoir exactement quelle est la raison de ne pas mettre TecPro pour protéger Esteban. Nous avons terminé le week-end avec deux pilotes avec un cou douloureux et presque deux châssis cassés pour un accident très lent. Donc il y a vraiment quelque chose à revoir."

Les F1 2022 sont-elles trop raides pour les pilotes ?

Sainz a remarqué à plusieurs reprises que les vibreurs provoquaient des douleurs aux pilotes. Il s’interroge sur les difficultés pour le dos et le coup de lui et ses confrères, alors que les monoplaces 2022 ont des pneus de 18 pouces, et des suspensions conçues en conséquence.

"Déjà, les vibreurs de Miami semblaient agressifs avec ces voitures. Il y a eu quelques bosses à Imola qui étaient assez dures sur le corps. Je pense que nous devons, en tant que pilotes et en Formule 1, comprendre le prix qu’un pilote paiera sur son dos et sa santé après une carrière en F1, avec ce type de voiture."

"Le règlement est excellent, mais je pense que nous devons ouvrir le débat pour voir s’ils font exactement ce dont nous avons besoin pour le spectacle. Mais avons-nous besoin de courir de manière aussi raide pour notre cou et notre dos, avec cette masse de voiture ?"

"Pour moi, il s’agit plutôt d’une question philosophique que je pose à la Formule 1, et peut-être à tout le monde, pour qu’ils repensent à quel point le pilote doit payer le prix de sa carrière sur sa santé, afin de combattre cela."

"Si nous tenions compte du pilote ?"

Et Sainz de s’inquiéter de l’effet à long terme sur la santé des pilotes de F1, entre des voitures raides et un effet de marsouinage qui peine pour le moment à être réellement contenu. Il conclut ses réflexions par un tacle envers la FIA et la F1, qui n’écoutent que rarement les acteurs principaux de leur sport.

"Je le ressens déjà. Je n’ai pas besoin de l’avis d’un expert pour savoir que si je passe 10 ans comme ça, ça va être dur, je vais devoir travailler beaucoup dans la mobilité et la flexibilité, et je vais devoir investir dans la santé du corps en général."

"En tant que pilotes, c’est certainement une question dont nous n’aimons pas beaucoup parler, parce que nous n’aimons pas avoir l’air faible. Je suis fort, je suis très en forme, je me considère comme l’un des pilotes les plus en forme, et je n’ai jamais eu de difficultés dans une course de Formule 1."

"Mais c’est plus à long terme et pour le bénéfice de tous, nous devrions voir quelles options nous avons. Ensuite, il y a les intérêts des équipes pour les dépassements, pour tout, pour le spectacle, qu’il faut prendre en compte dans l’équation. Mais si, pour la première fois, nous tenions compte aussi du pilote ? Je pense que ça pourrait être intéressant."

Ferrari

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos