Formule 1

Ricciardo espère que Monaco va lancer une belle série pour lui et Renault

Il veut viser d’autres 7e places

Recherche

Par A. Combralier

22 mai 2019 - 18:39
Ricciardo espère que Monaco va (...)

Alors que Max Verstappen enchaîne les places sur le podium – ou non loin – avec Red Bull cette année, Daniel Ricciardo a du mal à rentrer ne serait-ce que dans le top 10 avec Renault, que ce soit en qualifications comme en course.

La saison 2019 devait être, pour Renault, celle d’un pas en avant sensible, afin de se rapprocher des écuries de pointe. En réalité, les Jaunes et Noirs pointent aujourd’hui à la 8e place du classement des constructeurs.

Contrairement à l’an dernier, Daniel Ricciardo ne dispose donc pas d’une voiture pour gagner… En veut-il à Renault pour ne pas avoir tenu ses promesses ? Ou garde-t-il toute sa confiance envers l’équipe tricolore ?

« Je vois toujours ce que j’ai vu quand j’ai signé : les infrastructures sont toujours en train de progresser. La motivation ne s’est certainement pas évanouie, en aucune façon » a assuré l’Australien dans le paddock de Monaco.

« Cela prendra un peu de temps. Je fais tout ce que je peux, du mieux que je peux, pour aider. »

« Je sens aussi que tout ce que j’ai apporté a été pris en compte, et que l’équipe est désireuse d’apprendre et de grandir. Je ne dis pas que tout est grâce à moi, mais au moins, mon influence a été assez positive. »

« Je prends du plaisir, vraiment. J’adorerais avoir de meilleurs résultats. J’espère qu’un week-end spécial, ici, servira de tournant pour nous permettre d’enclencher les choses de manière sympathique. »

A son actif, Daniel Ricciardo n’a qu’une 7e place à Shanghai à se mettre sous la dent… Mais il appelle de nouveau à la patience.

« C’est certainement un processus. Je ne suis pas surpris, du tout. »

« Bien sûr, nous aurions espéré de meilleurs résultats. Nous le voulons tous, il faut être assez honnête pour l’admettre. Ce serait sympathique d’obtenir un peu plus de 7e places, au lieu de souffrir pour rentrer dans le top 10. Mais nous ne nous attendions pas à lutter pour le podium. »

Pour ce Grand Prix de Monaco spécifiquement, Daniel Ricciardo vise-t-il aussi la place de 7e, donc de « meilleur des autres » ? Ou, étant donné la nature unique et périlleuse du tracé princier, vise-t-il un « gros coup » ?

« Je ne sais pas encore… J’arrive certainement avec autant d’excitation que les autres années. Enfin, quand je dis ‘j’arrive’, j’habite à Monaco, donc… »

« Ce circuit vous transforme, l’ambiance est différente. Je ne sais pas, toute l’ambiance est assez irréelle. Donc oui, je verrai où nous nous situons demain. Je suis prudemment confiant et excité. Je suis optimiste, nous pourrons faire quelque chose de bien. »

Un nouveau record du tour pourrait tomber cette année en Principauté. Depuis l’introduction du règlement 2017, les chronos ont chuté. Mais cela a-t-il rendu le pilotage à Monaco plus exigeant, complexe, physique ?

« L’an dernier, c’était assez facile ! » plaisante le pilote Renault, vainqueur ici en 2018.

« C’est un peu plus dur… pour certains. Nous progressons aussi avec les voitures. Toute voiture, si vous la poussez à la limite, vous donne une sensation de rapidité, que ce soit avec un chrono d’une minute 10 ou d’une minute 20… Donc j’ai regardé la caméra embarquée de la pole de l’an dernier, et je me suis dit, tiens, j’aurais pu être plus rapide ici, ou là… Donc nous ne sommes jamais assez rapides. »

Ce week-end sera également l’occasion de rendre hommage au triple champion du monde Niki Lauda. Qu’évoquait l’Autrichien pour Daniel Ricciardo ?

« Je n’ai que de bons souvenirs. Je n’ai eu que des courtes discussions avec lui, ou n’ai échangé que des plaisanteries… C’était juste un homme sympathique. La plupart le connaissent comme pilote de course, évidemment, et tout ce qu’il a réalisé était étourdissant, pour ne pas dire plus. Mais les moments que j’ai vécus personnellement avec lui ont toujours été sympathique. »

« Pendant quelques années, nous étions concurrents [Lauda était président non-exécutif de Mercedes] mais il n’a jamais rien dit de méchant. Je pense à sa famille. L’héritage qu’il laisse est assez incroyable, et nous nous rappellerons bien sûr de ces bonnes choses. »

Renault F1

expand_less