Formule 1

Ricciardo a aimé l’approche des producteurs du documentaire Netflix

Il s’est laissé filmé car il était en confiance

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 mars 2019 - 14:25
Ricciardo a aimé l'approche des (...)

Daniel Ricciardo est l’une des stars du documentaire produit par Netflix sur la saison 2018 de Formule 1. On l’y voit chez lui à Perth, en Australie, avec sa famille, ainsi que dans son appartement de Monaco, ou encore au sein de son équipe, lors de moments cruciaux de l’année dernière.

Il explique avoir été mis en confiance par les producteurs et les réalisateurs de la mini-série afin de se laisser filmer en toute simplicité, et souligne leur approche réussie pour le mettre en confiance.

"Quand les gens ont des infos plus personnelles sur vous, viennent chez vous à Perth ou Monaco et voient votre entourage, vous voulez vous sentir bien avec les personnes qui gèrent le projet" explique l’Australien.

"Ils ont toujours été respectueux et c’était toujours selon nos termes, ce qui était une bonne chose. C’était important de pouvoir s’entendre avec les gens derrière la caméra. J’encourage les gens à ne pas le regarder sur leur iPhone mais sur un vrai écran. Je suis curieux de voir ce qu’il en ressortira."

Le résultat l’étonne tout de même : "C’est bizarre de se voir sur l’écran. je me vois derrière un volant mais c’est différent quand on s’entend parler. Je pense que ce sera cool, mais en général, pas seulement pour moi mais aussi pour la F1, d’avoir une telle présence."

"Quelqu’un dans une petite ville des Etats-Unis ou quel que soit l’endroit dans le monde, peut regarder cela et avoir une compréhension un peu meilleure de notre sport. C’est vraiment bon pour la F1 globalement."

L’un des défauts, que nous avons souligné dans notre critique de la série, est parfois la manière scénarisée dont le documentaire est tourné, ce que reconnaît également Ricciardo : "Ils aiment exagérer. Ils font ça comme un drame. Le titre est un peu... ’Piloter pour survivre’... c’est un peu intense. Mais c’est la télé, non ?"

Photo : Capture d’écran du documentaire

Renault F1

expand_less