Formule 1

On a vu : Le documentaire sur la F1 produit par Netflix

"Formula 1 : Drive to Survive"

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 mars 2019 - 18:42
On a vu : Le documentaire sur la F1 (...)

A une semaine des premiers essais du Grand Prix d’Australie, coup d’envoi de la saison 2019 de Formule 1, la plateforme vidéo Netflix a mis en ligne un documentaire en dix épisodes retraçant la saison 2018 et ses coulisses, que Netflix a suivi tout au long de l’année dernière dans le paddock. Titré ’Formula 1 : Drive to Survive’ en VO, il s’appelle ’Formule 1 : Pilotes de leur destin’ en Français. Cet article est évidemment garanti sans spoiler !

La première chose que nous avions apprise à ce sujet était l’absence de Mercedes et Ferrari, qui ont refusé de se faire suivre par des caméras pendant leur lutte pour les titres mondiaux. Et si l’on craignait que leur absence soit négative, on se prend à trouver leur absence intéressante, puisque cela évite de vampiriser l’attention sur les deux favorites du championnat.

Chacun des dix épisodes se focalise sur une ou plusieurs histoires, souvent tournées autour d’un pilote ou d’une équipe en particulier, qui ont servi de fil rouge en 2018. On retrouve plusieurs fois Haas, notamment au travers du fiasco de Melbourne, mais aussi des ratés de Romain Grosjean puis de sa rédemption, le tout avec le langage fleuri de Günther Steiner, qui montre un visage différent de celui qu’on lui connaît.

"Je n’ai eu aucun problème avec ça" a d’ailleurs déclaré Steiner à ce sujet. "S’ils veulent faire quelque chose, il faut être réaliste, sinon, à quoi bon ? Je pense que les gens qui ont fait ça sont très bons. On pouvait immédiatement voir qu’ils savaient ce qu’ils faisaient, et qu’ils faisaient ce qu’ils voulaient."

"Ils voulaient montrer la réalité, et c’est pour ça qu’ils ont été intelligents, pour montrer la vérité. C’est ce qu’il faut faire, car ça ne sert à rien de faire un mauvais films, ça nous ferait perdre des fans. Pour moi, c’est comme avoir aidé. Si les gens le voient et que nous avons de nouveaux fans, notre objectif est accompli. Donc j’ai simplement été moi-même."

Parmi les autres histoires, il y a l’accrochage des Red Bull à Bakou, la relation difficile entre Red Bull et Renault, les difficultés financières de Force India, ou encore la passation entre les deux Espagnols, Fernando Alonso et Carlos Sainz.

Mais sans rentrer en détails sur le contenu des épisodes, qui permettent toutefois de voir de nombreuses déclarations et situations qui n’avaient pas été vues l’année dernière, la réalisation en est plutôt intéressante.

Rien n’est censuré dans les propos des acteurs et le tout donne un aspect beaucoup plus humain à la discipline. Les images sont très belles, on y découvre de nombreuses communications radio et des situations de coulisses qui permettent de comprendre le déroulement de certaines actions.

Bien évidemment, le documentaire est aussi tourné de manière à être divertissant et les producteurs ne se sont pas empêchés de rajouter des commentaires enregistrés spécialement pour l’occasion, ou des interviews de journalistes (Will Buxton et Chris Medland, pour les citer) qui ont été tournées après mais apparaissent dans les conditions du direct.

Si cela ajoute un côté sensationnaliste qui est compréhensible pour le spectacle, les commentaires ajoutés sont souvent peu utiles, tout comme les bruitages beaucoup trop caricaturaux lors des accidents.

Néanmoins, l’édition du son est vraiment un des seuls défauts de ce documentaire qui permettra aux novices d’apprendre énormément de choses et aux fans ’hardcore’ de se replonger dans la saison précédente. Dans tous les cas, on ne boude certainement pas notre plaisir d’avoir environ six heures de programme sur la Formule 1 avec des angles de vue inédits et des accès à la face cachée du sport.

Photo : Capture d’écran du générique

FOM (Liberty Media)

expand_less