Pirelli F1 lance un ’gros travail’ pour améliorer ses pneus pluie

"L’idée est de changer leur spécification tout au long de l’année"

Recherche

Par Franck Drui

1er décembre 2022 - 10:48
Pirelli F1 lance un 'gros (...)

Mario Isola admet que Pirelli F1 doit améliorer ses pneus pluie.

Après de nouveaux problèmes sous la pluie à Suzuka, le quadruple champion du monde Sebastian Vettel avait qualifié le pneu pluie digne d’être "mis à la poubelle", seul l’intermédiaire ayant un intérêt aujourd’hui en F1.

Le patron en F1 de Pirelli ne le nie pas.

"Nous devons améliorer les full wets en termes de performances. C’est pourquoi nous avons déjà prévu des tests hivernaux," confirme Isola.

L’Italien a fait valoir que Pirelli ne disposait tout simplement pas de suffisamment de temps avec les équipes ou dans la réglementation pour le développement de pneus dédiés au temps de pluie.

"Nous avons eu une séance cette année à Fiorano. La piste était arrosée artificiellement mais avec une température de l’asphalte à 45 degrés, ce n’est pas représentatif. Même en Malaisie, il n’y a pas de telles températures, donc c’était une tâche impossible de faire avancer correctement les choses."

Cependant, il est maintenant reconnu que le problème de visibilité dû aux sprays a été accentué par le diffuseur des F1 à effet de sol. Ainsi, la FIA a repris une idée lancée il y a quelques années et a commandé une étude pour savoir si des passages de roue temporaires (des sortes de garde-boues) pourraient résoudre le problème en étant monté sur les monoplaces par temps de pluie.

En attendant, d’autres tests sont prévus pour les pneus

"Les règles stipulent désormais que nous pouvons utiliser les voitures actuelles jusqu’au 15 décembre, et du 1er février jusqu’à la première course de l’année prochaine, nous pouvons également utiliser les nouvelles voitures pour ces tests."

"Mais l’idée est de changer la spécification des pneus pluie tout au long de l’année. Avoir plusieurs variantes selon les circuits et les quantités de pluie attendues. Nous devons ajuster la structure et nous examinons actuellement cela avec nos modèles de simulation. Nous étudions l’aquaplaning, par exemple, mais ce n’est pas facile à simuler. C’est un gros travail qui commence."

"Nous connaissons aussi les problèmes de visibilité, mais je pense que la majeure partie de l’eau provient du diffuseur maintenant. La FIA examine cela - il ne s’agit pas seulement des pneus. Nous sommes en pourparlers avec la FIA et nous acceptons sa proposition d’étudier avec elle ces passages de roue temporaires."

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos