Formule 1

Norris était ‘timide’ l’an dernier sur ses retours techniques auprès de McLaren F1

Le temps de gagner en confiance

Recherche

Par A. Combralier

22 février 2020 - 16:17
Norris était ‘timide’ l’an dernier sur (...)

Une saison de rookie n’est jamais tout à fait simple à gérer sur le plan de la confiance en soi. Lando Norris faisait justement équipe, l’an dernier, avec Carlos Sainz chez McLaren, un pilote déjà bien expérimenté.

Aussi, il confie qu’il se sentait un peu moins légitime que son coéquipier, au moment de donner des retours techniques à McLaren F1… mais il aura gagné en confiance au fur et à mesure de la saison.

« Il faut faire attention et ne pas dire, d’emblée, aux ingénieurs, "très bien, tout ce dont j’ai besoin pour la voiture de l’année, c’est X", mais regarder la situation dans son ensemble et penser "si nous avons ceci ou cela, l’ensemble de la voiture progressera", plutôt que de viser une seule amélioration en particulier. »

« J’ai grandement progressé l’année dernière. Surtout au début, j’étais timide, disons, je craignais de trop en dire, parce que je ne voulais pas entraîner qui que ce soit dans la mauvaise direction et dire des choses qui n’étaient peut-être pas forcément vraies. Mais au fil de la saison, surtout vers la fin, j’étais plus confiant et je me disais "c’est ce dont j’ai besoin et c’est ce que je veux, et l’année prochaine, si j’ai ceci ou cela, je peux faire un meilleur travail". »

Ce travail sur sa confiance a fait partie du vaste apprentissage qu’a dû mener Lando Norris pour s’adapter à la F1. Car la F2 est loin de préparer à tout…

« C’est un très grand changement. Sur un week-end, en F2 et F3, vous changez juste quelques petites choses. Vous êtes très limité dans ce que vous pouvez changer : les arceaux de sécurité, les angles des ailerons… Quand vous arrivez en F1, c’est une toute autre histoire. Un changement peut affecter toute une série de choses. »

« Nous devons donc toujours garder à l’esprit la façon dont les choses vont évoluer à l’avenir, ce qui a souvent une incidence sur le déroulement d’un week-end. On se concentre sur une chose pour un circuit particulier, on passe au suivant et le lendemain, la situation sera totalement différente, parce qu’on aura une nouvelle pièce ou un nouvel aileron arrière, ou quelque chose comme ça. »

« Et c’est très différent parce que beaucoup de ce que je dis et de ce que Carlos dit amène tout le monde à travailler dans une certaine direction, et si nous nous plaignons ou quelque chose comme ça, cela mène les aérodynamiciens et les ingénieurs dans une certaine direction, et ils commencent à regarder les choses pour améliorer la situation dans le domaine dont vous vous êtes plaint, et puis vous arrivez au circuit suivant et peut-être qu’alors, la situation sera toute inverse. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less