Formule 1

Montezemolo qualifie Alonso d’individualiste

L’Espagnol n’a pas apprécié

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 mars 2019 - 09:17
Montezemolo qualifie Alonso d'individuali

La F1 va diffuser aujourd’hui le podcast "Beyond the Grid", dont l’invité est Luca di Montezemolo. L’ancien président de Ferrari y revient sur les années avec Michael Schumacher, mais aussi celles avec Fernando Alonso, dont il compare le rapport à l’équipe avec celui de l’Allemand ou encore de Niki Lauda.

Mais les mots que le compte officiel de la Formule 1 a choisi de mettre en avant concernent bien l’Espagnol, que Montezemolo décrit comme un individualiste au sein de l’équipe.

"C’était Alonso, pas Alonso-Ferrari" lance Montezemolo. "Quand il gagne, il est heureux. Quand il ne gagne pas, c’est le problème de l’équipe, il est mécontent. En d’autres mots, il est moins proche de l’équipe que ne l’étaient Michael et Niki, surtout dans les moments difficiles. Il est facile d’être proche de l’équipe dans les bons moments."

Ne comprenant pas que les propos en question étaient dans une interview à paraître, le principal intéressé s’est emporté contre le compte de la F1 sur Twitter : "Il me fallait une raison pour ne plus suivre ce compte jusqu’à maintenant. Vous me le rappelez aujourd’hui ! Le président n’a jamais dit ça. Surtout après avoir marqué 80 % des points de l’équipe. Nous nous sommes battus dur, ensemble, avec notre cœur, et nous nous sommes battus jusqu’au dernier championnat."

Néanmoins, di Montezemolo se veut très positif au sujet des capacités d’Alonso, et admet qu’il a manqué le titre en 2010 et 2012 sans pouvoir y faire quoi que ce soit : "En termes de performance, Fernando était très bon. Pour moi, Fernando est au niveau de [Lewis] Hamilton et [Sebastian] Vettel, proche de Michael."

"En course, Alonso était et est toujours un pilote fantastique. Il a perdu le championnat pour des erreurs qui n’étaient pas les siennes. S’il avait gagné un de ces titres mondiaux, on parlerait aujourd’hui de quelque chose de différent. Nous parlerions du fait qu’Alonso, malgré de nombreuses années à ne pas avoir la meilleure voiture, a été capable de gagner le championnat. Mais Alonso est très fort."

Ferrari

expand_less