Mercedes F1 s’est presque hissée au niveau de Red Bull dans les virages

Du moins en essais libres à Miami

Recherche

Par Alexandre C.

20 mai 2022 - 12:44
Mercedes F1 s'est presque (...)

Les évolutions arrivées à Miami du côté de Mercedes ont-elles donné satisfaction ? Le vendredi d’essais libres (meilleur temps de George Russell en EL2) pouvait le faire croire… mais le reste du week-end, pas vraiment.

Cette Mercedes sans pontons, dont le marsouinage est le pire cauchemar, a-t-elle alors évolué dans le bon sens ? Mercedes était-elle dans le vrai avec ses choix aérodynamiques ?

Pour James Vowles, le directeur de la stratégie, l’heure est plutôt à l’optimisme : oui cette Mercedes avait bien progressé dans toutes les conditions.

« Le vendredi à Miami, cette voiture était rapide, et on ne roulait pas avec peu d’essence, sur un tour comme en longs relais » nous confie-t-il à Barcelone.

« Il est juste de dire que pendant le reste du week-end, la voiture a chuté un peu en performance. »

Rapide mais incompréhensible, cette Mercedes ! Vowles, avec le recul, sait-il pourquoi il y a eu une telle chute de performance entre le vendredi et le samedi ? A vrai dire, l’important est ailleurs pour lui.

« Si nous comprenions toutes les raisons, il est clair que la voiture serait rapide en course ou en qualification, mais ce n’est pas encore le cas. »

« Mais il y a une autre étape d’apprentissage que nous avons faite. Parce que nous avons été en mesure, pour la première fois, d’amener les deux voitures dans une fenêtre d’exploitation raisonnable. Cela a fourni une base de travail à Barcelone pour progresser. Mais, vous dire exactement ce qu’il en est… nous ne pouvons pas vous le dire pour le moment. Nous ne savons pas précisément pourquoi la performance a baissé de cette façon. »

« Le point positif, cependant, est que nous avons une voiture qui produit des milliers de canaux de données que nous pouvons maintenant superposer les uns aux autres pour savoir pourquoi notre voiture est devenue beaucoup plus lente, alors essayons de comprendre pourquoi. »

Vowles révèle même que dans les virages à haute vitesse notamment, Mercedes était revenue au niveau de Red Bull et Ferrari.

« Normalement, dans les virages, nous perdions pas mal de temps au tour, surtout dans les virages à haute vitesse. Mais ce retard avait disparu le vendredi à Miami. Sur le plan de la performance en virage, nous étions presque à égalité avec Ferrari. Face à Red Bull, nous étions en fait en train de gagner du temps sur eux du 11ème au 16ème virage. C’est un schéma différent de ce que nous avons vu toute l’année. »

Le vrai poison cependant de cette Mercedes demeure, encore et toujours, le marsouinage...

« Le rebond affecte à peu près tout. Mais ce n’est pas un problème qui nous est propre. En fait, avec les Red Bull, pour la première fois depuis longtemps, vous les avez vu à la fin de la course souffrir du même problème. C’est un problème aérodynamique complexe. »

« C’est une instabilité qu’il est très difficile de résoudre avec une seule solution. Il ne s’agit pas simplement de tailler dans le fond plat à un endroit, et voilà. Nous n’avons pas trouvé de solution qui maintienne les performances de la voiture et réduise les rebonds, ce qui a ensuite un impact sur un certain nombre d’autres systèmes en même temps. »

« Il y a des équipes qui sont clairement dans une meilleure position que nous. Cela ne veut pas dire que leur rebondissement est meilleur, la performance qu’ils sont capables d’extraire est meilleure. »

L’occasion de Barcelone

Mercedes attend donc beaucoup du Grand Prix de Barcelone, ce week-end : ce sera l’occasion de comparer les performances de la Mercedes avec pontons (lors des essais hivernaux) avec la Mercedes sans pontons.

« Quand nous étions à Barcelone, nous étions avec la vieille voiture. »

« C’est le point d’apprentissage important, parce que maintenant vous avez une autre possibilité de comparaison importante, par rapport à une solution aérodynamique précédente : nous pouvons comparer les deux. »

Est-il envisageable, en cas de mauvaise surprise, d’abandonner le concept zéro pontons selon Vowles ? Entre les lignes on comprend que Mercedes ne va pas abandonner sa solution au bout de quelques Grand Prix.

« Il faut agir de la bonne manière pour tout comprendre, non seulement pour cette année mais aussi pour l’ensemble de cette ère réglementaire. Il faut savoir quelles sont les bonnes solutions, voilà ce qui est délicat. »

« En d’autres termes, il se peut qu’une autre équipe recule un peu au cours de l’année en raison de l’ajout d’une évolution qui a un impact négatif sur elle. C’est pourquoi c’est complexe. Il s’agit de s’assurer que nous faisons les bonnes choses, pas seulement pour aujourd’hui ou demain, mais pour les trois prochaines années. »

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos