Formule 1

Magnussen : Le sport automobile a toujours fait partie de ma vie

Il se rappelle de son ascension et de celle de son père !

Recherche

Par Olivier Ferret

20 août 2019 - 15:13
Magnussen : Le sport automobile a (...)

Kevin Magnussen a suivi les traces de son père, Jan, en Formule 1 et il y connait une meilleure carrière que lui.

Mais le Danois se rappelle que son père l’a eu jeune (il avait 19 ans à peine) : il n’était pas encore en Formule 1.

"Je ne me souviens pas exactement quand mon père m’a initié à la course. Depuis que je le connais, il est pilote. Quand je suis né, il venait juste d’arrêter le karting et est passé à la Formula Ford," explique le pilote Haas aujourd’hui.

"Je me souviens très bien de l’époque de la Formule 1. Mais il y a aussi des photos, comme quand on me voit dans une poussette à Snetterton lors d’une manche de Formule 3. Le sport automobile a toujours fait partie de ma vie. Mais ce n’était pas comme si j’étais né d’un père déjà pilote de Formule 1. J’ai presque assisté à son ascension."

A-t-il toujours eu envie de devenir pilote professionnel comme son père ?

"C’était juste la direction naturelle que j’ai prise. Je n’ai jamais pensé à des alternatives. La passion pour le sport automobile a toujours été présenté et la Formule 1 était mon rêve ultime. C’est incroyable que cela ait fonctionné aussi bien à la fin. Ce n’est pas un objectif facile à atteindre."

Pour courir, il faut aussi de l’argent. Son père en a eu besoin pour sa propre carrière, Kevin Magnussen n’a pas hésité à prendre des petits boulots pour financer la sienne.

"Oui, j’ai commencé à travailler. Cela m’a fait apprécier encore plus le sport automobile et la difficulté à y éclore. Et j’ai appris qu’il n’y a rien de mal à travailler dur dans une usine. Vous pouvez vous amuser dans toutes les professions tant que vous faites ce que vous aimez. Mais ma passion restait pour le sport automobile. Bien sûr, j’étais triste de ne pas pouvoir courir. Heureusement, cela n’a duré que quelques mois : un sponsor danois m’a permis d’avoir une place en Formule Renault 2.0 européenne. Mon rêve s’est poursuivi. Puis j’ai été accepté par McLaren dans leur équipe junior."

Kevin a souvent évoqué le fait de faire un jour Le Mans avec son père. Pense-t-il cela toujours possible, en parallèle de sa carrière en F1 ?

"J’espère bien. Mon père ne veut pas s’arrêter immédiatement, mais il ne continuera pas pendant 20 ans encore. Attendons un peu encore. Je voudrais le faire, il aimerait le faire. Il ne reste plus qu’à trouver la bonne opportunité."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less