Formule 1

Les triomphes de Schumacher en Allemagne, meilleurs souvenirs de Vettel

Il se rappelle vaguement de son premier souvenir de F1

Recherche

Par Emmanuel Touzot

8 avril 2019 - 17:31
Les triomphes de Schumacher en (...)

Pour le 1000e Grand Prix de Formule 1 de l’histoire, qui se tiendra en Chine, certains acteurs de la discipline sont revenus sur leur meilleur souvenir la concernant. Anecdotes, journées marquantes, tous ont été plus marqués par une journée spécifique ou une course particulière, et reviennent dessus à cette occasion.

Sebastian Vettel a plusieurs souvenirs du début des années 90, durant lesquelles il regardait la Formule 1 avec son père. Néanmoins, ses premiers souvenirs précis remontent à 1994 et 1995, lorsque son idole Michael Schumacher avait remporté coup sur coup deux éditions du Grand Prix d’Allemagne.

"Il y a tant de races que je pourrais choisir. Mon père regardait toutes les courses de Formule 1, alors je l’ai suivi et je les ai toutes regardées aussi, même celles de nuit, ou du moins j’ai essayé quand je ne m’endormais pas" se souvient l’Allemand.

"La première course que je me souviens d’avoir regardée était la première victoire d’Ayrton Senna au Brésil. Je crois que c’était en 1991, il était totalement épuisé parce qu’il avait perdu une partie de la boîte de vitesses ou qu’il lui manquait des vitesses, et il ne pouvait même pas soulever le trophée. Mais je n’avais que trois ans, alors ce ne sont en fait que des images, comme un souvenir sensoriel."

En revanche, les triomphes de Michael Schumacher à domicile, devant le public allemand en 1994 et 1995 (photo), sont les souvenirs les plus marquants pour Vettel : "Après cela, ce qui m’a le plus marqué dans mon enfance, ce sont les courses de l’époque Benetton de Michael Schumacher, quand il courait à Hockenheim, devant un stade complet, avec des drapeaux allemands partout."

C’était incroyable pour moi. Après ça, j’ai commencé à courir moi-même et je suppose que j’ai regardé beaucoup de courses, mais pas tant ces dernières années, parce que j’y suis !"

expand_less