Formule 1

Les statistiques après le Grand Prix de Monaco

Au nombre de premières lignes, Mercedes rejoint Ferrari, McLaren et Williams

Recherche

Par A. Combralier

27 mai 2019 - 18:03
Les statistiques après le Grand Prix (...)

Mercedes a rendu un bien bel hommage à Niki Lauda le week-end dernier à Monaco, en égalant un record absolu dans l’histoire de la F1.

Mercedes a réussi, samedi dernier, à verrouiller la 62e première ligne de son histoire. C’est un moment historique : l’équipe allemande rejoint, déjà, McLaren, Williams et Ferrari.

Lewis Hamilton a signé sa 59e pole position avec Mercedes. Il est désormais le pilote ayant signé le plus de pole pour une écurie, dépassant les 58 poles de Michael Schumacher avec Ferrari.

Il s’agit de la 77e victoire en carrière de Lewis Hamilton, sa troisième en Principauté. Plus que 14 pour rejoindre Michael Schumacher.

C’est la première fois qu’il gagne à Monaco en partant de la pole (il partait 3e lors de ses précédentes victoires, en 2008 et 2016).

Lewis Hamilton compte donc 3 succès à Monaco, soit un de plus que Niki Lauda (vainqueur en 1975 et 1976).

Comme à Barcelone, Lewis Hamilton a mené chaque tour de course, du début à la fin. La dernière fois qu’un pilote avait mené, de bout en bout, deux GP consécutifs ? C’était en 2013 (Singapour et Corée, succès de Sebastian Vettel sur Red Bull).

Mercedes n’aura donc pas réussi à signer six doublés consécutifs – l’occasion leur était pourtant offerte de battre le record absolu en la matière.

La 2e place de Sebastian Vettel constitue le meilleur résultat de la Scuderia cette saison.

Racing Point a vu ses deux voitures être éliminées en Q1, ce qui n’était jamais arrivé à Force India à Monaco.

Les trois pilotes à être invaincus, dans leurs duels face à leurs coéquipiers, en qualifications, sont Sergio Pérez (contre Lance Stroll), Max Verstappen (face à Pierre Gasly) et George Russell (contre Robert Kubica).

Max Verstappen ne s’était jamais élancé plus haut que de la 4e place à Monaco. C’est la première fois qu’il se qualifie dans le top 3 cette année.

A Monaco, le pilote Red Bull n’a jamais mené un tour, ni fini sur le podium.

Pierre Gasly a terminé à la 5e place de la course, ce qui constitue son meilleur résultat avec Red Bull jusqu’à présent. Il a également été l’auteur, pour la deuxième fois de sa carrière, du meilleur temps en course.

Maudit à domicile : en deux Grands Prix en Principauté, Charles Leclerc n’a jamais vu l’arrivée. L’an dernier, à la chicane du port, il avait perdu les freins de sa Sauber. Pire encore : en F2, en 2017, il avait abandonné lors des deux courses.

Vainqueur de la course l’an dernier, Daniel Ricciardo n’a pu faire mieux que la 9e position. C’est la première fois, depuis le début de l’ère hybride, qu’il rate le top 5 à Monaco.

Daniil Kvyat a atteint une Q3 pour la troisième fois d’affilée. Le Russe aime Monaco : il n’est jamais parti plus loin que de la 9e place ici, en cinq départs.

Alexander Albon a lui obtenu sa première Q3 de sa carrière.

C’est la 4e fois en 6 ans que deux Toro Rosso se sont qualifiées parmi le top 10 des monoplaces.

C’est aussi la première fois que Honda place quatre voitures dans le top 8 d’un Grand Prix (depuis le retour de la firme en F1 en 2015). Honda n’avait plus placé 4 voitures dans les points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne 1987.

« Meilleur des autres » dimanche dernier, Carlos Sainz continue de briller en Principauté : il a marqué des points lors de chacune de ces cinq apparitions ici ! Cela fait trois courses d’affilée que l’Espagnol entre dans le top 10.

Kevin Magnussen, qualifié 6e et parti 5e, a réalisé sa meilleure qualification à Monaco. Romain Grosjean, au contraire, confirme qu’il n’aime pas la Principauté : il a échoué à atteindre la Q3 pour la 6e fois en 7 participations (même s’il a été gêné par Pierre Gasly en Q2).

Enfin, il s’agit de la 10e élimination consécutive en Q1 pour Lance Stroll.

expand_less