Les pilotes sans volant pour 2025 peuvent-ils fermer l’œil la nuit ?

Une situation pas très agréable pour Bottas, Ricciardo ou Magnussen

Par Alexandre Combralier

21 juin 2024 - 09:56
Les pilotes sans volant pour 2025 (…)

La ‘silly season’ bat son plein actuellement en F1, et un homme en détient les clefs : Carlos Sainz.

Le choix du pilote Ferrari (rejoindra-t-il Williams ? Audi ? Haas ?) déclenchera un effet-domino sur le reste de la grille.

Ce choix est imminent selon l’Espagnol. Il n’a pas révélé sa décision à Barcelone, mais peut-il au moins en dire plus sur ces critères ?

Par exemple, la saison 2026, celle de la nouvelle réglementation moteur, comptera-t-elle davantage que la saison 2025 dans son choix ? Si oui, on s’imagine que Williams F1, qui aura Mercedes comme motoriste, semble une destination plus attrayante…

« Oui et non, juste parce que... Pour 2026, il est pratiquement impossible de deviner aujourd’hui, en 2024, qui sera le plus performant. J’ai utilisé le terme "loterie" ou "pile ou face". Savoir qui sera plus rapide en 2026, étant donné que la réglementation est tellement différente, que les voitures sont complètement différentes, le châssis, le moteur, c’est presque impossible à prédire. C’est pourquoi 2025 devient également important. »

« Mais c’est aussi le long terme qui est important. C’est aussi essayer de comprendre ce qui concerne l’unité de puissance. C’est essayer de comprendre la dynamique de l’équipe. Tous ces facteurs entrent en jeu lorsqu’il s’agit de prendre une décision. Et oui, c’est pour cela qu’il me faut du temps pour trouver en moi le temps de prendre la décision. »

Dynamique d’équipe, choix du partenaire moteur... Le portrait de Williams F1 semble se dessiner. Mais l’équipe de Grove sera une équipe-cliente, contrairement à Audi à partir de 2026.

Cependant aujourd’hui, les écarts entre équipe d’usine et équipe-cliente ne sont-ils pas plus réduits ?

« Oui, cela semble plus proche, mais il y a tellement d’autres choses qui entrent en ligne de compte dans ma décision, et pas seulement cela » poursuit Carlos Sainz.

Magnussen, Bottas, Ricciardo : trois pilotes en sursis

Chez Haas F1, Kevin Magnussen a admis que son sort, comme celui d’autres pilotes, était suspendu au choix de Carlos Sainz.

N’est-ce pas une source de stress pour le Danois ?

« Oui, ne pas savoir votre futur n’est pas quelque chose de très agréable. Ce travail a un effet important sur votre vie en général, pas seulement sur vous en tant que pilote, mais aussi sur toute votre famille - et votre année entière est dictée par le fait d’être en Formule 1 lorsque vous pilotez. C’est donc la chose la plus importante pour moi, car je ne sais pas à quoi ressemblera ma vie dans six mois ou plus. »

« Mais je pense que j’ai déjà été dans cette situation à de nombreuses reprises. J’ai déjà quitté la Formule 1 à plusieurs reprises et vous savez que la vie en dehors de la Formule 1 est plutôt agréable. Donc, quand j’étais plus jeune, j’avais très peur de perdre tout cela, la F1 etc. Or ce n’est pas nécessaire d’avoir cette crainte selon moi. Je pense que c’est un très grand privilège d’être en F1, j’aime conduire ces voitures, j’aime courir en Formule 1, mais je suis beaucoup plus détendu à ce sujet maintenant que je ne l’étais dans le passé. »

« Nous sommes très tôt dans l’année, donc en ce sens, c’est une situation différente de celle que j’ai connue auparavant. Toutes les décisions seront prises dans les semaines à venir, c’est encore un peu tôt. Mais nous verrons comment tout cela se terminera. »

Valtteri Bottas, qui aimerait rester chez Stake ou bien retourner chez Williams F1, est lui aussi dans une situation inconfortable... mais il demeure serein.

« Oui, comme Kevin l’a dit, on n’est pas si tard dans la saison. Cela devient plus difficile si l’on dépasse la pause d’août, si l’on avance dans la saison et si l’on reste dans l’inconnu. Mais évidemment, au fil des ans, on apprend à gérer cela soi-même. On apprend à se concentrer sur les week-ends et à trouver la bonne énergie. Et oui, je n’en suis pas à mon premier rodéo non plus. Donc tout ira bien. »

L’avenir de Daniel Ricciardo est moins lié à celui de Carlos Sainz... mais le volant de l’Australien chez RB F1 n’en demeure pas moins menacé.

On le sent moins serein que Valtteri Bottas ou Kevin Magnussen...

« C’est dur car il n’y a pas vraiment une seule chose derrière une décision. Il y en a tellement... Cela peut être très éprouvant. Bien sûr, vous devez y consacrer le temps nécessaire - parce qu’il s’agit de votre avenir et de votre carrière, et c’est évidemment quelque chose pour lequel vous travaillez très dur, mais à un moment donné, vous voulez juste prendre la décision et passer à autre chose. »

« Mais oui, c’est difficile parce qu’on ne peut pas le prendre à la légère. Je suppose que nous passons tous par là. Nous l’avons tous vécu d’une manière ou d’une autre. Mais cela signifie beaucoup pour nous et c’est pourquoi nous y accordons autant d’importance. »

Haas F1

Recherche

Info Formule 1

Photos

Vidéos