Formule 1

Les pilotes de F1 devraient pouvoir plus attaquer avec les 18 pouces

Moins de surchauffe, et une plage plus large avec les nouveaux Pirelli ?

Recherche

Par Alexandre C.

22 décembre 2021 - 18:12
Les pilotes de F1 devraient pouvoir (...)

Les pilotes de F1 avaient deux grands reproches à adresser aux Pirelli : d’une part, une fenêtre de fonctionnement très étroite ; d’autre part, une tendance claire à la surchauffe au bout de quelques tours d’attaque seulement.

La tâche de Pirelli était donc de tenter de résoudre ces problèmes à partir de l’an prochain, pour l’arrivée des 18 pouces.

Pour le premier problème (trouver la bonne fenêtre de fonctionnement), la réduction de l’efficacité des couvertures chauffantes ne devrait certes pas aider. Pour le pneu le plus dur en particulier, les tests post-saison à Abu Dhabi ont montré qu’il fallait plusieurs tours pour mettre la gomme dans la bonne fenêtre. Mais il est vrai aussi que le pneu C1 ne sied pas à la piste peu abrasive d’Abu Dhabi.

Si bien que pour le reste de la gamme de pneus, la chauffe des pneus semble in fine plus facile, estime Mario Isola pour Pirelli.

« Nous utilisons la température des couvertures que nous avons décidé d’introduire à partir de 2022. Cela signifie que les pneus avant sont chauffés à 70 degrés, et non à 100, et les pneus arrière à 70 degrés, et non à 80. Donc, à partir de l’année prochaine, la température maximale des couvertures sera de 70 et 70. »

« C’est la même température que nous avons utilisée lors de nos tests de développement de pneus. Les commentaires des pilotes étaient sur le C1 (le plus dur), dans certains cas, ils ont dû pousser assez fort pour faire entrer la température dans le pneu. Cela signifie donc quelques tours pour que les pneus soient prêts. Mais nous savons que le C1 n’est pas le pneu pour Abu Dhabi. »

« Pour le C2, c’était un peu plus facile. Et pour les C3, C4 et C5, ils ne se sont pas plaints de la chauffe, ils n’ont pas eu de problème avec ça. »

En vérité Isola a dû faire face à un dilemme, explique-t-il.

« Cette année, nous avons essayé de concevoir les nouveaux composés avec une plage de fonctionnement plus large, mais sans trop sacrifier la phase de chauffe, car nous savions que nous voulions descendre en température dans les couvertures. »

La surchauffe, de l’histoire ancienne ?

Quid alors du deuxième grand problème de Pirelli, la surchauffe des pneus ? Les 18 pouces vont-ils permettre de régler ce problème qui empoisonnait la vie des pilotes essayant d’attaquer ?

Pour Mario Isola, il y a du progrès et cela est déjà net après les essais d’Abu Dhabi.

« Les pilotes ont dit qu’ils pouvaient pousser. Prenons la C3 comme référence, c’est probablement la plus représentative, le niveau d’adhérence est bon. Et ils peuvent pousser sans avoir de surchauffe ou de dégradation, ou mieux qu’avec le pneu 13 pouces. »

« Honnêtement, je suis curieux de voir comment les pneus fonctionnent sur les voitures de l’année prochaine, parce que je crois que ce sera différent aussi, le package aérodynamique est si différent. Aussi, le niveau d’appui aérodynamique que vous avez à différentes vitesses sera différent. Nous devons donc comprendre comment ils fonctionnent avec le nouveau package aérodynamique. »

« J’imagine qu’ils auront probablement moins d’appui dans les virages à basse vitesse, et plus d’appui aérodynamique à haute vitesse. Et donc cela fait un changement dans l’équilibre d’un tour. »

Cependant Isola rappelle que ces conclusions sont encore fragiles, puisque par définition, les F1 2022 n’ont pas encore pris la piste.

« Cela est impossible à tester avec les voitures mulets, car elles ont la même configuration que celle utilisée lors de leur conception, donc elles n’ont pas l’effet de sol qui est sur les nouvelles voitures. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less