Les 10 meilleures F1 conçues par Adrian Newey - Partie 2

En termes de ratio de victoires sur une saison

Recherche

Par Paul Gombeaud

8 janvier 2023 - 08:44
Les 10 meilleures F1 conçues par (...)

La saison 2022 de Formule 1 a été marquée par la grande domination de Red Bull, Adrian Newey ayant conçu une véritable machine à gagner avec la RB18.

Le génial ingénieur britannique n’en est évidemment pas à son coup d’essais, et nous vous proposons ainsi une liste des 10 meilleures F1 qu’il a jamais conçues, dont voici la deuxième partie. Le classement se fait sur le ratio de victoires sur une saison.

Vous pouvez lire la première ici.

5 - Williams FW15C (1993)

10 victoires en 16 Grands Prix (ratio de 62.5%)
7 victoires pour Alain Prost
3 victoires pour Damon Hill
Titres pilotes et constructeurs

La Williams FW15C prenait la suite de la mythique FW14B. Et si Nigel Mansell décidait d’aller en IndyCar, Alain Prost a parfaitement profité de cette nouvelle création de Newey pour s’adjuger son quatrième et dernier titre en Formule 1.

Le pilote français et son coéquipier Damon Hill obtenaient 15 pole positions en 16 courses à eux deux, Ayrton Senna décrochant la seule qui leur avait échappé. Prost signait pour sa part sept succès lors des dix premières épreuves et l’issue du championnat ne faisait alors aucun doute.

La FW15C disposait de plusieurs aides à la conduite en comparaison de sa devancière, ainsi que d’un bouton "push-to-pass" qui abaissait la voiture grâce à la suspension active, et qui lui permettait d’augmenter sa vitesse de pointe en réduisant la traînée aérodynamique.

4 - Red Bull RB7 (2011)

12 victoires en 19 Grand Prix (63,2%)
11 victoires pour Sebastian Vettel
1 victoire pour Mark Webber
Titres pilotes et constructeurs

Après la lutte acharnée de l’année précédente, Red Bull et Sebastian Vettel ont totalement assommé la concurrence avec la RB7 durant la saison 2011.

Le passage aux pneus Pirelli, l’interdiction des doubles diffuseurs et la confiance qui lui a été accordée en remportant son premier titre ont semblé élever l’Allemand à un autre niveau cette année-là, tandis que sa monoplace s’est avérée être intouchable pour le reste du plateau.

En fait, Vettel n’a jamais fait pire qu’une quatrième place en 2011 et n’enregistrait qu’un seul abandon. 11 victoires et 17 podiums en 19 courses, voilà qui s’appelle dominer son sujet.

3 - Red Bull RB9 (2013)

13 victoires en 19 Grands Prix (68,4%)
13 victoires pour Sebastian Vettel
Titres pilotes et constructeurs

Vous trouviez que la RB7 n’était pas assez dominante comme ça ? Rassurez-vous, la RB9 a remporté encore plus de courses que sa devancière en 2013.

Si Sebastian Vettel avait pour consigne de laisser gagner Mark Webber en Malaisie ("Multi-21 Seb !"), il n’en fera rien et portera son total à 13 sur l’ensemble de l’année. Pire encore pour ses adversaires : il remportait les neuf dernières épreuves de la saison consécutivement.

Fort de son quatrième et dernier titre en Formule 1, l’Allemand et son équipe achevaient un cycle de domination sans partage. Et Vettel avait raison de dire à son équipe d’en profiter, car l’ère hybride était sur le point de commencer l’année suivante...

2 - Williams FW18 (1996)

12 victoires en 16 Grands Prix (75%)
8 victoires pour Damon Hill
4 victoires pour Jacques Villeneuve
Titres pilotes et constructeurs

La FW18, la dernière Williams produite par Adrian Newey, était tout simplement sensationnelle et dominatrice comme rarement en Formule 1.

La saison 1996 se résumait d’ailleurs essentiellement à une lutte interne entre les coéquipiers Hill et Villeneuve, dont le Britannique sortait finalement vainqueur à Suzuka.

Newey quittera ainsi l’équipe de Grove avec un total de 59 victoires et 78 pole positions avant de rejoindre McLaren l’année suivante. Les choses étaient probablement devenues bien trop faciles pour lui...

1 - Red Bull RB18 (2022)

17 victoires en 22 Grands Prix (77,3 %)
15 victoires pour Max Verstappen
2 victoires pour Sergio Perez
Titres pilotes et constructeurs

La voiture la plus performante de ce classement est aussi la plus récente. La thèse universitaire de Newey ayant porté sur l’aérodynamique de l’effet de sol, on peut dire que les nouveaux règlements de la F1 étaient écrits pour lui.

Si Ferrari débutait bien la saison avec sa F1-75, la combinaison formée par Max Verstappen et sa RB18 était pratiquement imbattable durant le reste de l’année, surtout en course.

Le Néerlandais remportait 15 des 22 épreuves disputées et son équipe 17, soit une domination sans partage ou presque en termes de statistiques. Les nouveaux règlements devraient permettre un resserrement de la hiérarchie dès l’année prochaine si l’on en croit les dirigeants de la F1, mais cela restera quoi qu’il en soit une année historique.

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos